Expos
Le génie de Gaudi est exposé au musée d’Orsay

Le génie de Gaudi est exposé au musée d’Orsay

13 avril 2022 | PAR Jean-Marie Chamouard

Le musée d’Orsay propose une exposition consacrée à Gaudi à Paris jusqu’au 17 Juillet 2022.Elle est organisée en collaboration avec le Museu Nacional d’art de Catalunya, de Barcelone

La passion de l’architecture

Antoni Gaudi. A l’évocation de ce nom surgissent les images familières de Barcelone et des chefs d’œuvre de cet «architecte plasticien»: le palais et le parc Güell, la Casa Mila et bien sur la Sagrada Familia. Et pourtant il n’y avait pas eu, depuis 50 ans, à Paris d’exposition d’envergure consacrée à ce maître du mouvement moderniste, l’Art Nouveau catalan.
Antoni Gaudi est né le 25 Juin 1852 à Reus en Catalogne. Diplômé en 1878 de l’école d’architecture de Barcelone, il deviendra un acteur du renouveau artistique catalan. Sept de ces créations sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco et il travaillera à la construction de la Sagrada Familia, «la Cathédrale des pauvres» dès 1883, pour s’y consacrer entièrement à partir de 1915. Son œuvre sera traversée par sa proximité avec la nature, sa religiosité et son amour de la Catalogne.
Trois superbes boiseries et une porte vitrée en angle accueillent le visiteur à l’entrée de l’exposition. Elles proviennent du vestibule de la Casa Mila. Asymétrie, esthétique non conventionnelle: une belle introduction à l’œuvre de Gaudi. Le travail de l’artiste est mis en valeur avec les épreuves photographiques de son atelier à la Sagrada Familia et les volumineux moulages, dont celui de la Clé de voûte du déambulatoire de la crypte de la Sagrada Familia. L’exposition met ainsi en lumière les techniques de travail sophistiquées de l’architecte, son utilisation de matériaux divers, son inventivité comme avec son «dispositif miroir». Elle revient ensuite sur sa formation et montre les très beaux dessins, exécutés à l’école d’architecture pour les projets de l’embarcadère et de l’amphithéâtre universitaire. Avant de rejoindre l’art nouveau il sera influencé par le néo gothisme de Viollet le Duc et l’Orientalisme. Sont exposés le Dictionnaire raisonné de l’architecture, le livre sur la Cité de Carcassonne de Viollet Le Duc et de très belles photographies de l’Alhambra.

Les chefs d’œuvre de Gaudi

Le riche industriel catalan Eusebi Güell sera dès 1978 l’ami et le mécène de Gaudi. Il sera à l’origine des œuvres majeures de l’artiste en particulier le parc et le palais Guëll, conçu comme un palais de la renaissance italienne. Les meubles du palais Güell exposés sont somptueux. Le visiteur sera subjugué par l’étonnante coiffeuse. Il est ensuite invité à une ballade dans la ville de Barcelone à la découverte des «Casa». La Casa Vicens (1883- 1885) et son étonnante grille, la Casa Calvet (1898), d’inspiration baroque, faussement sage, la Casa Batllo (1904) avec sa façade polychromique et son univers onirique. La Casa Mila (1906- 1910) est appelée la «Pedrera», la carrière, avec son toit surmonté d’édicules. Un édifice hors normes qui suscitera incompréhension et exaspération. Les plans de la construction sont présentés au public ainsi que de nombreuses photographies.
Gaudi était très croyant s’est beaucoup intéressé au patrimoine religieux Catalan. Il a participé très jeune à la restauration de la façade de la cathédrale de Barcelone et de l’abbaye de Monserrat . Il a travaillé de 1903 à 1914 à l’étonnante restauration de la cathédrale de Palma de Majorque. Le visiteur pourra en découvrir un vitrail et du mobilier. La Sagrada Familia enfin: Gaudi s’y consacra toute sa vie mais la cathédrale est encore inachevée actuellement. C’est la Sagrada Familia d’alors qui est exposée grâce à des maquettes et photographies du chantier et au tableau de Joaquim Mir, La cathédrale des pauvres.
«Cet homme est un génie ou un fou» disait de lui son directeur, à sa sortie de l’école d’architecture. Gaudi n’a pas toujours été compris, ces œuvres étant jugées provocantes, fantasques. Après sa mort tragique, accidentelle en 1926 son œuvre sera en partie décriée. Salvator Dali permettra un retour en grâce et une reconnaissance tardive, couronnée par l’exposition au Moma en 1957 et l’inscription de son œuvre au patrimoine mondial de l’Unesco.
Une exposition à Paris consacré au maître catalan de l’art nouveau est donc la bienvenue. Le musée d’Orsay nous offre un panorama complet de l’œuvre de Gaudi Les panneaux explicatifs sont simples et concis. Ils sont complétés par un tableau chronologique et des projections. Le visiteur pourra s’imprégner de l’âme de l’artiste et d’une œuvre qui reste un siècle plus tard captivante par son exubérance, sa fantaisie radicale, son esthétisme novateur. Une très belle exposition.

Visuel : affiche de l’exposition

« Les possédés d’Illfurth » : théâtre est sorcellerie
« L’aventure Champollion » à la BnF : du secret des hiéroglyphes à la naissance de l’égyptologie
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture