Expos
« Le coffre à jouer » au Musée des Arts Décoratifs

« Le coffre à jouer » au Musée des Arts Décoratifs

17 avril 2015 | PAR Constance Delamarre

Pour célébrer les 40 ans de sa galerie des jouets créée en 1975, le Musée des Arts Décoratifs présente une sélection de près de 300 jouets (sur 15 000 que compte le département), qui sont aussi bien des exemplaires de jouets les plus populaires que des objets rares et précieux. Plongeons dans l’univers de l’enfance.

L’exposition s’ouvre sur la présentation de jouets anciens. Conservés avec soin par leurs différents propriétaires pour certains, n’ayant pas résisté aux manipulations des enfants pour d’autres, ces jouets semblent très précieux. En témoignent d’ailleurs les hochets en or ou en argent que les nourrices portaient autour du cou et qui s’apparentent davantage à des bijoux.

La seconde vitrine est consacrée aux jouets cultes et populaires, comme les poupées, les ours en peluche, les petits soldats, les toupies ou les chevaux à bascule, et la vitrine d’à côté nous rappelle avec nostalgie les différents jouets d’imitation: maison de poupée, épicerie ou école, dînette, panoplies en tous genres, camion de pompier et costumes. Le jouet a deux fonctions, celle de stimuler l’imagination des enfants et de préparer aux usages de la société adulte. On nous explique ainsi qu’il était de coutume que le commerçant offre à son enfant une boutique miniature pour le préparer à son futur métier.

Ensuite, voici la vitrine des petits garçons avec les jouets de construction. Des premiers fabriqués en pierre aux briques de Lego créées en 1948, ces jouets permettent aux enfants de développer leur perception de l’espace et d’acquérir les bases mathématiques, selon le pédagogue allemand Friedrich Fröbel. Les moyens de transports font aussi partie des jouets plus masculins, quoi que les poupées pouvaient bien voyager à bord ! Une série de charrettes, voitures, bateaux, avions et trains électriques est exposée.

Partie la plus émouvante de l’exposition: les héros de l’enfance ! Tintin, Pinocchio, Popeye, Bécassine, Barbapapa, Peter Pan, Goldorach, la Panthère Rose…ils sont tous là ! Les héros de la littérature, de la bande-dessinée, du cinéma et de la télévision sont fabriqués en jouet, particulièrement depuis 1978 avec les premières figurines issus de La Guerre des Etoiles.

L’exposition se termine par une vitrine de jouets d’artistes et de designers. Les jouets représentent pour eux un fabuleux terrain de recherche, et dès le début du 20ème siècle, les illustrateurs donnent vie à leurs personnages, comme Benjamin Rabier (dessinateur de La Vache qui rit !) et son Chien basset en 1918. Le Bauhaus s’est aussi lancé dans cette veine, en créant par exemple une toupie avec un mélange optique de couleurs. Nous trouvons aussi un yoyo de Sonia Delaunay, un chien de Keith Haring ou encore un Nabastag, ce lapin-robot créé en 2006.

Comme disait Baudelaire, les jouets sont la « première initiation des enfants à l’art ». En tout cas, rien de mieux que ce petit retour en arrière pour retrouver un peu d’insouciance dans ce monde de brutes !

Jusqu’au 30 août 2015, au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli 75001 Paris. Plus d’informations ici.

Visuels © Jean Tholance

1 – Hochet, jouet premier âge, XIXe siècle, argent repoussé et gravé, manche en nacre

2 – Cheval à bascule, jouet en bois, 1936, hêtre vernis

3 – Ours, animal de collection Steiff, Allemagne, 1997, peluche en mohair, verre et feutre

4 – Figurines soldats de la guerre 14-18, dessiné par JOB, France, 1916, bois découpé peint

5 – Barbie spécial anniversaire, poupée mannequin, Fabricant Mattel, Etats-Unis, 1994, vinyle, plastique, tissu, 29cm

6 – Ecole avec petites poupées, Atlas N.K., France, 1930, carton, celluloïd, tissu, bois, papier

7 – Rouleau-compresseur, vers 1935, tôle peinte

8 – Le Petit chaperon rouge, poupée fillette, tissu imprimé, 37cm

9 – Hulk, Mego Corporation, Etats-Unis, 1978, plastique, tissu, 30cm

10 – Chien n°9260, jouet à traîner, Keith Haring, Fabricant Vilac, 1993, bois peint laqué, métal, caoutchouc, fibres synthétiques

Infos pratiques

Gagnez 4 pass 2 jours pour l’Oeno Music Festival à Dijon les 10 et 11 juillet 2015
« Days of nothing », Roy et Melquiot donnent à voir les crises d’adolescence
Constance Delamarre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture