Expos

La poésie du bestiaire de Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla au Festival d’Automne

La poésie du bestiaire de Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla au Festival d’Automne

02 octobre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’affiche de l’édition 2013 c’est eux. Un homme tranquillement assis sur un hippopotame. A la fois au Muséum d’histoire naturelle et à la Galerie Chantal Croussel, le duo de plasticiens expose.

A la galerie Chantal Croussel, l’ambiance est délicieusement sombre. L’espace n’est occupé que par deux écrans prenant toute la place que le mur offre. La première vidéo fait retentir le son absolument délicieux d’une musique originale de David Lang. Au violoncelle, Maya Beiser dialogue avec l’ivoire lézardé et émouvant de la célèbre Venus de Lespugue. Les courbes de la belle deviennent ici partition et inspiration.

On apprendra que cette Venus fait l’objet de théorèmes nombreux : support à une religion, représentation réaliste…  L’idée formidable de transformer l’ivoire en notes fonctionne à merveille. Cette expérience a été réalisée dans l’ancienne réserve de pierre biface du Musée de l’homme.

La seconde vidéo, Apotomé,  nous embarque dans un autre trésor du musée, inaccessible :  sa zoothèque. Ici, le chanteur  à la voix grave Tim Storms  murmure  Iphigénie en Tauride, de Gluck, et Ah ! Ça ira, l’air des Sans-Culottes.  L’apotome est la « Partie du ton, tantôt plus grande, tantôt plus petite que le semi-ton moyen », sombre tonalité. Sa voix devient le son archaïque des fantômes de deux éléphants reçus en trophées de guerre en 1798 et de centains d’autres animaux.  L’histoire raconte que la même année fut donné  » un concert pour les éléphants du Jardin des Plantes ». Comment l’animal, ici, sa carcasse peut être acteur et dialoguer avec l’homme.

Ces films Super 16 transférés en HD sont oniriques et captivants.

Dans la Grande galerie de l’évolution du Jardin des Pantes, une dame lit son journal sur un hippopotame. Cela commence comme une histoire pour les enfants mais c’est d’une performance qu’il s’agit.

En résonance avec les vidéos présentées dans le marais, cet immense Hippo en terre glaise utilisé comme un sofa interroge. Disposé au fond de la galerie, l’humain devient ici dominant. « Hope Hippo » est le nom de l’oeuvre qui suscite plutôt un malaise qu’un espoir.

Le questionnement sur les relations entre l’homme et l’animal et la fusion de ces deux espèces, pris par un angle esthétique est courant. Des chevaux de Bartabas aux empaillés d’Alain Buffard,  on a vu les bêtes être les acteurs.

Allora et Calzadilla, venus de Porto-Rico et déjà repérés en 2011 à la Biennale de Venise où ils représentaient les USA, viennent offrir au Festival d’Automne la définition de ce qu’il est : une saison où l’image, le son et la matière ne feront que s’ouvrir encore plus à la perception du spectateur.

Informations pratiques :
Muséum national d’Histoire naturelle
Adresse : Grande Galerie de l’Évolution – 36, rue Geoffroy
Saint- Hilaire – 75005 Paris Métro : Jussieu, Censier Daubenton, Austerlitz
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h
Information : 01 40 79 30 00 ou 01 40 79 56 01
www.mnhn.fr
13 septembre au 11 novembre de 10h à 18h,
tous les jours sauf le mardi
5€ et 7€
Galerie Chantal Crousel
Adresse : 10, rue Charlot – 75003 Paris Métro : Filles du Calvaire, Saint-Sébastien-Froissart
Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h
Information : 01 42 77 38 87 et [email protected]
13 septembre au 16 octobre, mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h
Entrée libre

Visuel : Hope Hippo © Giorgio Boata

Nomination de Jacques Vincey à la direction du Théâtre de L’Olympia, centre dramatique régional de Tours
Hommage à Jean-Marc Roberts au Petit Palais
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *