Expos

Jérémy Gobé & Andrea Mastrovito investissent la Fondation Bullukian pour la Biennale de Lyon

Jérémy Gobé & Andrea Mastrovito investissent la Fondation Bullukian pour la Biennale de Lyon

07 novembre 2019 | PAR Lou Baudillon

Depuis le 18 septembre et le lancement de la 15ème Biennale d’art contemporain de Lyon, le centre l’art de la Fondation Bullukian, en résonance avec la Biennale, invite deux artistes, Jérémy Gobé et Andrea Mastrovito, à investir les lieux pour une immersion dans leur travail.

La discrète entrée du centre d’art de la Fondation Bullukian faisant face à la place Bellecour au cœur de la ville de Lyon, ouvre sur une exposition surprenante et  minutieuse en lien avec la célèbre Biennale d’art contemporain. En effet, depuis 2007, la fondation entretient des liens étroits avec l’événement en rendant accessible un vaste espace de 1500 m2 se déployant autour d’un jardin central. Lieu de recherche et de rencontre, il est cette fois investit pour une exposition pensée par Jérémy Gobé, artiste français dont la démarche quasi scientifique s’articule autour des innovations et des défis contemporains, et Andrea Mastrovito, artiste italien à l’oeuvre fortement visuelle et empreinte de dualité. Ils ont tous deux pris possession de l’espace afin de proposer des installations fidèles à leurs démarches qui pourtant entre parfaitement en résonance. 

D’entrée immersive, la première installation de Andrea Mastrovito nous accueille par une surface au sol entièrement recouverte de marqueterie. Très attaché aux savoir-faires traditionnels, l’artiste a fait exécuté avec perfection 110m2 de marqueterie représentant les scènes cultes des films des frères Lumières. Loin du simple hommage à la ville, ces images à première vue fantasques et légères sont en réalité des représentations de violence, de ruines ou de révoltes. Par la relecture contemporaine, elles nous engagent à entrevoir une vision sombre de la société. Cette vision est exploitée de nouveau par l’artiste dans la suite de l’exposition, cette fois-ci par un film. NYsferatu – Symphony of a Century est une reproduction en rotoscopie du classique de Friedrich W.Murnau de 1922, Nosferatu. Ainsi, chaque séquence du film original fût redessinée afin d’obtenir une animation des images dont seuls les décors furent modifiés. Le fameux vampire prend dans cette adaptation griffonnée les caractéristiques d’un immigré dans la ville de New-York, faisant ainsi un parallèle avec la crise migratoire actuelle. De nouveau, Andrea Mastrovito puise dans une légèreté plastique une réflexion sur la vie sociale quotidienne, sans pour autant chercher le jugement.

Nous voilà dans l’espace extérieur du centre que Jérémy Gobé a utilisé comme sphère de son travail. Il a choisit d’y placer son installation monumentale, ainsi que plusieurs sculptures issues de son projet artistique Anthropocène. Développé dans le cadre d’une résidence au sein de l’entreprise Saint-Gobain Weber France, ce projet engagé regroupe des aspects et qualités à la fois artistiques, industrielles et globales. À la suite de ses réflexions sur l’impact des défis écologiques sur l’art, Jérémy Gobé a mis au point une technique respectueuse et innovante permettant de mouler un mortier minéral d’un motif organique par l’utilisation de moules en silicone recyclé. Ensuite recouvertes d’une peinture aux nuances variées, les pièces empreintes et moulées sont positionnées dans l’espace afin de créer un parcours où dialoguent les passants, les couleurs et les formes. 

Renouant avec une certaine sacralité de l’art par l’utilisation du vitrail, Andrea Mastrovito nous invite, suite au passage à travers le jardin, a passer du coté de la lumière dans cette seconde partie de son travail. En effet, le dernier espace est investi par l’artiste pour établir une continuité avec ses premières installations. Ainsi, deux oeuvres immersives s’offre à nous. Des matériaux réutilisés permettent aux formes de prendre vie dans une réflexion sur nos modes de consommations et notre rapport à la nature : des règles graduées teintées dressent un vitrail contemporain sur lequel viennent se dessiner des scènes mythiques ou actuelles. Leurs couleurs illuminent la pièce et la seconde installation faite de découpages de livres de botanique et de zoologie empilés les uns sur les autres afin de former un paysage bucolique et foisonnant, comme un message d’espoir aux aspects sombres présentés dans les installations du départ de l’exposition. Comme si l’innovation du parcours initié par le projet méditatif de Jérémy Gobé avait établi le passage vers un monde plus sain et à l’écoute par une pensée sur les impacts de l’homme et le croisement des disciplines. Pour en faire l’expérience, cette exposition visuelle et éclairée est à découvrir au centre d’art de la Fondation Bullukian sur la place Bellecour à Lyon jusqu’au 5 janvier prochain. Toutes les informations ici.

 

 

 

Visuels : Andrea Mastrovito, Vue de l’exposition Le monde est une invention sans futur, 2019 ©Fondation Bullukian – Pauline Roset/ Andrea Mastrovito, NYsferatu – Symphony of a Century, hand- animated film, 65’, 2017 (detail) ©Andrea Mastrovito/ Andrea Mastrovito, Vue de l’installation NYsferatu – Symphony of a Century ©Fondation Bullukian – Pauline Roset/Vue de l’installation Anthropocene de Jeremy Gobe ©Fondation Bullukian – Pauline Roset/ Anthropocene – Témoins de Jeremy Gobé ©Fondation Bullukian – Pauline Roset/ Andrea Mastrovito, The Island of Dr. Mastrovito, 1200 cutout books, detail, 2012_1_©Andrea Mastrovito / Andrea Mastrovito, The Man Who Could Work Miracles, pencil on plastic rulers, 2019 (detail) Courtesy Wilde Gallery ©Fondation Bullukian – Pauline Roset/Andrea Mastrovito, Vue de l’installation The Island of Dr. Mastrovito ©Fondation Bullukian- Pauline Roset.

Philia Trio, Elise Bertrand, Mao Nishizawa… L’édition 2019 du concours Bellan a récompensé ses lauréats
L’agenda des savoirs : Les 9 conférences du mois de Novembre 2019
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *