Arts
Le Prix Bullukian illustre les plasticiens résidant en France

Le Prix Bullukian illustre les plasticiens résidant en France

28 octobre 2013 | PAR Marie Pichereau

Lancé en septembre 2011 au niveau national, le Prix Bullukian d’aide à la création contemporaine a été décerné en 2012 à Jérémy Gobé pour son projet « Monument aux Mains ». Cette année il revient avec une nouvelle édition et un prix d’une valeur de 15 000 euros.

Utopía en espera o Diagramas de un territorio en contracciónPour pouvoir espérer être l’un de ces lauréats vous devez simplement avoir moins de 35 ans et vivre en France. À la clé : 15 000 euros à gagner sous la forme d’une dotation, de la mise à disposition d’un atelier et de l’organisation d’une exposition personnelle. Ce prix aide à la création contemporaine depuis sa création il y a plus de vingt-cinq ans. Il est développé en collaboration avec la Fondation Bullukian. Celle-ci a toujours soutenu la création artistique en exposant les œuvres d’artistes confirmés, en recherchant de nouveaux talents à promouvoir et en élargissant ses actions de mécénat. Parallèlement à sa programmation culturelle, qui propose entre quatre et six expositions par an, la Fondation a continué à initier et encourager de nombreux projets, en particulier dans le domaine des arts plastiques. C’est dans cette démarche qu’elle a créé le Prix Bullukian d’Aide à la Création pour de jeunes artistes.

Pour participer : il suffit de postuler

Lancé en septembre 2011, le Prix Bullukian d’Aide à la Création contemporaine pour de jeunes artistes plasticiens a remporté un vif succès, avec plus de 160 candidatures. L’année dernière, le prix a récompensé -sous l’oeil aguerri d’un jury d’expert- l’artiste Jérémy Gobé pour son projet d’exposition « Monument aux mains ». Le lauréat avait gagné 5000 euros. Cette année la mise a triplé. Les dépôts de dossier sont à poster sur le site internet de la fondation avant la date limite du 19 décembre 2013. Pour cette nouvelle édition le Jury sera présidé par l’artiste Véronique ELLENA et par une pléiade de spécialistes dans le domaine des arts (journaliste, galeriste, enseignant).

Visuels @capture d’écran

Les nouveaux robinsons: entrez dans le monde fantastique de Ludmila Petrouchevskaïa
Mort du fondateur de France Soir, Robert Salmon
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *