Expos

Chantal Colleu-Dumond nous parle de Chaumont-Photo-sur-Loire

Chantal Colleu-Dumond nous parle de Chaumont-Photo-sur-Loire

31 octobre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Chantal Colleu-Dumond est directrice du Domaine et du Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire et Commissaire des expositions. Elle nous parle de Chaumont-Photo-sur-Loire qui ouvre ses portes le 17 novembre.

– Pourquoi le Domaine fait-il un focus sur la photographie ?

Le Domaine de Chaumont-sur-Loire expose des photographes contemporains depuis 2008. Tous ont en commun un travail lié à la nature. Afin de donner plus de visibilité à ce type particulier de photographie, j’ai décidé en 2017 de concentrer nos propositions d’expositions sur une période de novembre à février, en créant Chaumont-Photo-sur-Loire. Nous présentons cette année la deuxième édition de cet événement.

– Où se déroule Chaumont-Photo-sur-Loire ? 

Chaumont-Photo-sur-Loire présente près de cent tirages de cinq photographes dans ses espaces dédiés aux expositions : les Galeries du Château ainsi que celles de la Cour de la Ferme – l’Asinerie, le Fenil et la Cour des Jardiniers.

– Comment choisissez vous les photographes et qui sont-ils pour cette exposition ?

Ce sont des photographes découverts lors de mes visites dans des galeries d’art, des foires internationales et de grandes institutions muséales. Du 17 novembre 2018 au 28 février 2019, nous accueillons la Française Juliette Agnel, les Américains Alex MacLean et Robert Charles Mann, l’Italien Davide Quayola et le Finlandais Santeri Turoi.

– Y verra-t-on des inédits ?

Absolument, la plupart des photos exposées cette année à Chaumont-Photo-sur-Loire n’ont jamais été montrées ! C’est le cas de la série « Les lunes noires » de Juliette Agnel. L’exposition Renaissances d’Alex MacLean répond, pour sa part, à une commande exceptionnelle du Domaine. Ce grand photographe aviateur a survolé et photographié, en juillet 2018, les châteaux de la Région Centre – Val de Loire. Ce sont donc les merveilles architecturales de la Renaissance, ancrées dans des sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, qu’Alex MacLean a sublimées pour offrir au regard la quintessence de ces temps où rois et mécènes furent à l’origine d’un extraordinaire renouveau de l’art et de la pensée. Issues d’une résidence à Chaumont-sur-Loire, les Impressions solaires de Robert Charles Mann restituent l’empreinte évolutive des courbes du soleil sur le site. Elles résultent d’un travail de six mois d’enregistrement, réalisé à l’aide de « solargraphes » que l’artiste a disposés en divers points du Domaine. Egalement issues d’une résidence à Chaumont-sur-Loire, les Impressions végétales de Davide Quayola regroupe une série d’images inédites à grande échelle et en ultra haute définition. Enfin, si la série de forêts imaginaires de Santeri Tuori existait déjà, les tirages présentés ont spécialement été réalisés pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire.

– Comment pensez-vous le parcours ?

Le parcours est conçu comme le meilleur dialogue possible entre le lieu et les images. Les choix de l’accrochage sont extrêmement importants pour la bonne réception des œuvres. Nous veillons toujours à leur trouver « une juste place ». Néanmoins le visiteur est libre de les appréhender dans l’ordre qu’il souhaite, selon ses déambulations dans le Domaine. La promenade est propice à la rêverie et favorise la rencontre avec les œuvres.

– Chaumont-Photo-sur-Loire est-il accessible aux enfants ?

Nous envisageons nos expositions pour tous les types de visiteur. La sensibilité des enfants les rend particulièrement réceptifs à l’art. Et la force de ces paysages est de s’adresser indifféremment à tous les publics, qu’ils soient néophytes ou connaisseurs.

Accès et informations pratiques ici.

Visuels :

ALEX MACLEAN, Château de Chenonceau, 2018 © Alex MacLean pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire

JULIETTE AGNEL, Les Portes de Glace, 2018, 120 x 150 cm, tirages fine art mat sur papier, Hahnemülhe, Groenland © Juliette Agnel

DAVIDE QUAYOLA, Impressions végétales, 2018 © Davide Quayola

SANTERI TUORI, Forest #35, 2017 © the artist, courtesy Gallery Taik Persons

ROBERT CHARLES MANN, Impressions solaires, 2018 © Robert Charles Mann

AVANT-GARDE, JOUR 1 : Appollo Noir en patron, des découvertes et des surprises
Radio Néo: Toute La Culture aux commandes avec comme invité Elisabeth Golovina-Benoit
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *