Expos
Chantal Colleu-Dumond : « Les couleurs et la lumière d’automne sont ici exceptionnelles »

Chantal Colleu-Dumond : « Les couleurs et la lumière d’automne sont ici exceptionnelles »

18 octobre 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Jusqu’au 1er novembre, le domaine de Chaumont-Sur-Loire se pare de ses rituelles Splendeurs d’Automne. Chantal Colleu-Dumond, directrice, nous parle de cette beauté époustouflante

Nous nous sommes parlées le mois dernier à l’ouverture de la saison d’automne. Comment cela s’est-il passé dans ce contexte si particulier ?

Les Botaniques de Chaumont-sur-Loire ont rencontré leur public le week-end des 19 et 20 septembre. La deuxième édition de cet événement, réunissant 30 pépiniéristes producteurs, a attiré plusieurs milliers de visiteurs, réaffirmant notre souhait de faire du Domaine un point de rendez-vous de « la haute culture ».

Avec « Quand fleurir est un art… », cinq jours d’émerveillement floral viennent de prendre fin. Nous avons ainsi accueilli dans le château et ses écuries trois créateurs hors pair : Gilles Pothier, Champion du Monde des fleuristes, Charline Pritscaloff, Meilleur Ouvrier de France, et Pascal Mutel, à l’origine du design floral. Le Domaine permet aux artistes et aux fleuristes de haut niveau d’aujourd’hui de mettre leur savoir-faire et leur créativité au service d’un savoir-vivre exceptionnel, associant l’art et la nature, au nom de la beauté.

25 apprentis de l’Ecole des fleuristes de Paris sont également intervenus dans la salle des gardes et l’escalier d’honneur.

Et donc après « Quand fleurir est un art… », vous renouvelez la manifestation joliment nommée Splendeurs d’automne. Quelles sont les particularités du domaine en cette saison ?

Les couleurs et la lumière d’automne sont ici exceptionnelles. Dans les allées du Festival International des Jardins, des liquidambars se parent de pourpre, d’or et de cuivre précieux. La proximité de la Loire n’est pas étrangère à leurs reflets. C’est ce miroir d’eau gigantesque qui produit probablement l’une des plus belles lumières que je connaisse. Sous les derniers rayons de soleil, des créations végétales inédites prennent place du 17 octobre au 1er novembre, réalisées par les jardiniers du Domaine. Cucurbitacées et chrysanthèmes s’associent aux autres végétaux, fleurs et légumes, et rivalisent de fantaisie. Au-delà de ces décors, Splendeurs d’automne est l’occasion de profiter des derniers jours du Festival International des Jardins, dont la 29e édition se termine elle aussi le 1er novembre.

Ce temps se passe pendant les vacances, avez-vous pensé cet événement comme étant familial ?

Bien sûr, il y aura des ateliers pour les enfants chaque jour de 14h à 17h, du 17 octobre au 1er novembre. A l’aide de matériaux naturels collectés sur le Domaine ou d’apports plus rares, les enfants de 5 à 13 ans pourront, selon leur âge, réaliser des personnages, mobiles ou attrape-rêves. Mais c’est encore pour les familles l’occasion de visiter une dernière fois les jardins.

Que se passera-t-il ensuite cet hiver ?

L’ouverture de la Saison d’art ayant été décalée de deux mois, nous prolongeons d’autant nos expositions d’art contemporain, du 1er novembre jusqu’au 3 janvier 2021 inclus. Les œuvres de treize artistes de la Saison d’art continueront de faire rêver le visiteur dans la Cour de la Ferme, le Parc Historique, les Ecuries et le Château. Installation spectaculaire de Joël Andrianomearisoa, sculpture et dessins de Giuseppe Penone, toiles grand format de Philippe Cognée, livres cristallisés et souches noires de Pascal Convert, bibliothèque de merveilles végétales de l’artiste japonais Makoto Azuma, plumes oniriques d’Isa Barbier, céramiques raffinées de Sophie Lavaux, délicats cristaux de Léa Barbazanges, sculptures de Bob Verschueren et Vincent Barré, créations organiques de Marc Nucera, Wang Keping et Axel Cassel : tous célèbrent l’infinie diversité des formes, des matières et des possibles de la nature.

Informations pratiques ici

Visuel : Autorisation donnée par le service de presse

Article partenaire

REPRISE: En attendant Godot, un exceptionnel Becket au Théâtre de l’Essaion .
Le livre de la jungle, un enchantement pour les enfants à la Scène Parisienne
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *