Design

Retour sur Design aux D’Days

Retour sur Design aux D’Days

02 juin 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Les Designers Days ont commencé il y a quinze ans. Cela, son président, René-Jacques Meyer le raconte bien : « Au départ, quinze éditeurs de la Rive Gauche s’étaient rassemblés, et maintenant ce sont des musées, des écoles, des galeries, des entreprises et bien sûr designers ». Maintenant, les Designers Days sont devenues les D’Days, et nouveauté pour fêter le cœur de l’adolescence, on nommera l’événement Le festival D’Days.

[rating=5]

Si Le festival vous permet de parcourir le Grand Paris de Palais Royal à Pantin, cette année, un cœur névralgique se situe dans les Arts Décoratifs. Et cela semble évident tant l’objectif de cette semaine est de montrer à quel point le design n’est pas un gadget mais une fonction essentielle à nos vies et au vivre ensemble. Aux Arts Décoratifs donc, un code couleur nous promène dans un « Parcours expérience ». Il s’agit pour le visiteur de relire les collections des Arts Décos en les ponctuant des travaux de designers qui ont chacun des objectifs différents.

Le design se fera ici politique. Le brésilien David Elia a été récemment exposé au MAD de New York. Cela donne une idée du niveau de ce passionné. Aux D’Days, il propose une salle manifeste sur les problématique de son pays de naissance. Chaise polypropylène en criblée de trous au nom clair : Bala Perdida, ou fauteuil Déforestation. Lampes Gato aux fils entremêlés comme dans les Favelas. David Elia condamne et alerte par l’objet.

Ailleurs dans le labyrinthe des Arts Déco, le design se fait esthétique et utile. Les Surfaces Sonores de Pierre Charrié sont si discrètes qu’elles ne se voient pas au premier regard. Dans les salles XVIIIe, XIXe on entend de la musique avant de comprendre que c’est de là, de ces aplats en bois que cela vient. Ces surfaces fonctionnent comme des hauts parleurs à la façon de ce que l’on peut voir dans des salles de spectacles ou de concert. Le lauréat de la Bourse Agora joue des codes des instruments classiques pour montrer que le son peut être diffusé dans une harmonie également visuelle, avec un intérieur. La musique résonne « grâce à un vibreur acoustique fixé à l’arrière de l’objet »

« Hors Pistes », le design se fera solidaire. Hors-Pistes tisse des lignes entre l’Europe et l’Afrique. A l’origine du projet, on trouve Amandine David et Marie Douel. 27 ans toutes les deux, elles sont sérieusement diplômées (La Martinière Diderot, L’Ecole Boulle…). En lien avec des artisans à Ouagadougou elles ont amené une équipe de designers pour penser des objets sur place et les créer en local. Cela donne au premier coup d’œil du beau avant de saisir que nous sommes aussi ici dans le pratique et l’utile. Une tente faite de semelles de tongs récupérées à la décharge, des bijoux en argent à la ligne parfaite, des paniers en métal.

Il sera pratique, et heureusement, voici un moment que le beau s’est emparé de l’espace public. Parfois de façon idiote comme a pu le faire récemment le marseillais Marc Aurel en mettant les parisiens sous la pluie et le vent avec des arrêts de bus qui ne sont plus des abris, mais le plus souvent avec intelligence. C’est le cas de ces bancs publics, qui accueilleront avec talent les amoureux aux beaux jours. Telles des pétales posés sur le gazon des tuileries, le travail de Franck Magné vient s’intégrer parfaitement à l’espace classé.

Tous les aspects du Design, telle une synthèse, semblent se faire ici aux Arts Décoratifs. L’idée est louable, elle est même nécessaire tant le mot est devenu valise. On comprends alors que la fonction et l’objet sont mués par des envies et des objectifs qui font de cet art une science humaine à part entière.

Le Festival D’Days se déroule jusqu’au 7 juin.

D’DAYS 2015 from Designer’s Days on Vimeo.

Infos pratiques

Du street art pour remplacer les cadenas du Pont des Arts
[DVD] Mommy, un tourbillon de violence, d’émotion et d’amour un hymne à la vie.
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Une réflexion sur « Retour sur Design aux D’Days »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *