Design
Affaire Basquiat, le MAM innocenté

Affaire Basquiat, le MAM innocenté

17 novembre 2010 | PAR Bérénice Clerc

Le Musée d’Art Moderne de Paris a récemment été accusé du pire…Avoir laissé dégrader la toile de Jean-Michel Basquiat :  Cadillac Moon 1981.

Après enquête et vérifications, ces accusations étaient infondées.

En effet, les traces de feutre invisibles à l’oeil d’un profane étaient présentes avant l’arrivée de la toile au MAM et sont notamment visibles sur des photos d’une exposition précédente à Bâle.

Fabrice Hergott, le directeur du MAM a fièrement mis en avant les procédures particulièrement strictes du musée, avec notamment le passage régulier d’une restauratrice spécialiste de Basquiat, ce qui a permis de découvrir ce problème dont personne ne s’était jamais rendu compte.

Le directeur du MAM avait tout d’abord pensé à une « série noire », après le vol de 5 toiles de maîtres en mai dernier. Quel soulagement pour lui de ne pas voir le musée impliqué et de pouvoir rire des propos belliqueux et sans réalité, de certains députés UMP, heureux de   pointer des pseudos dysfonctionnements réguliers et persistants dans ce musée, pour peut-être proposer de donner encore moins d’argent à la transmission de l’Art en France…

« Il faut, par-delà les faiblesses humaines, y voir les conséquences funestes d’une politique de disette financière imposée par le maire de Paris à l’ensemble des institutions culturelles de la Ville », écrivent dans un communiqué les députés UMP et élus de Paris Jean-François Lamour et Philippe Goujon. Ils dénoncent « des sommes importantes (qui) sont englouties dans des projets médiatiques qui ne répondent à aucun besoin culturel recensé et sombrent aujourd’hui dans la faillite comme le 104 ». « C’est pourquoi, à l’initiative de Philippe Goujon, le groupe UMPPA (au Conseil de Paris) demande (…) un audit des dispositifs de sécurité des équipements municipaux, notamment les plus sensibles », ajoutent-ils.

L’adjoint au maire de Paris chargé de la Culture, Christophe Girard, se défend en indiquant que « quinze millions de travaux pour la sécurité anti-intrusion et anti-incendie » avaient été votés et donc faits, et qu’une deuxième tranche allait être engagée « dans les années à venir ».

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris,11, avenue du Président Wilson,75116 Paris ,Tel. 01 53 67 40 00 – www.mam.paris.fr, Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h,Nocturne le jeudi jusqu’à 22h, Plein tarif : 11 €, Tarif réduit : 8 €,Demi-tarif : 5,50 €,Gratuit pour les moins de 14 ans.  Billets coupe-file en vente  sur www.mam.paris.fr

Peter Brook, une vie pour le Théâtre, un départ sur du Mozart
Du sang-froid et de l’effroi dans Jules César par Arthur Nauzyciel
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *