Arts
Des fleurs en hiver au musée Delacroix

Des fleurs en hiver au musée Delacroix

23 décembre 2012 | PAR Elodie Rustant

A l’occasion de la rénovation de son jardin, le ravissant musée Eugène Delacroix (6e arrondissement) célèbre aujourd’hui un pan très méconnu du travail du peintre : sa passion pour les fleurs.

Célèbre pour ses peintures romanesques et ses œuvres historiques (les affiches promotionnelles du Louvre-Lens n’ont-elles pas repris La liberté guidant le peuple ?), Delacroix fut pourtant un ardent admirateur des fleurs qu’il peignit avec fièvre, en recouvrant ses carnets de croquis. Il créa une vive surprise au Salon de 1849 en y présentant cinq bouquets monumentaux.

Si ses bouquets majeurs remontent essentiellement tous aux quinze dernières années de sa vie, son intérêt pour ce genre pictural semble un élément primordial de son œuvre. Il lui permit notamment d’expérimenter de nouvelles techniques comme la dilution de la forme, et l’étude des couleurs.

Lors d’un séjour au Maroc en 1832, il note dans son journal la beauté des « fleurs sans nombre de milles espèces formant les tapis les plus diaprés. »

Nous sommes invités à contempler des œuvres que le commissaire d’exposition a voulu avant tout touchantes plutôt que décoratives. A l’image du romantique Fleurs dans un vase et fruits peint pour son amie Georges Sand. Faisant fit des codes décoratifs du XIXe siècle, Delacroix concentre son attention sur le délicat rendu des coloris, et auréole son bouquet d’une brume mordorée.

De graciles iris esquissés dans un carnet, et une étrange Etude d’asters et balsamine, fleurs habituellement absentes des représentations picturales, témoignent de l’œil presque botanique qu’il porte sur la flore.

« J’ai essayé de faire des morceaux de nature presque comme ils se présentent dans des jardins, seulement en réunissant dans le même cadre et d’une manière peu probable la plus grande variété de fleurs » écrit-il dans une lettre à son ami le peintre Constant Dutilleux.

Un charmant parcours proposant un regard neuf sur le monstre sacré, que vient compléter une série d’œuvres des artistes contemporains Jean-Michel Othoniel et Johan Creten, invités à présenter leur travail respectif sur les fleurs.

 

Visuel :
Corbeille de fleurs, Eugène Delacroix ©RMN-GP / René-Gabriel Ojéda

Le Top 10 du Cinéma de l’année 2012
Le festival au Fil des Voix débutera en février à l’Alhambra
Elodie Rustant

One thought on “Des fleurs en hiver au musée Delacroix”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *