Actu
Et les gagnants du prix Pritzker 2021 sont…

Et les gagnants du prix Pritzker 2021 sont…

17 mars 2021 | PAR Anaëlle Padé

Ce mardi 16 mars, le prix Pritzker, que l’on associe souvent au prix Nobel de l’architecture, a été décerné à deux architectes français, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal

Une collaboration depuis plusieurs années 

Anne Lacaton (65 ans) et Jean-Philippe Vassal (67 ans) se sont rencontrés en 1980 à l’école d’architecture de Bordeaux. 7 ans plus tard, ils fondent leur agence à Paris. Leurs projets touchent à l’habitable (mais pas que !) En 1993, ils conçoivent la maison Latapie à Floirac en Girond. Ils ont aussi travaillé sur un projet de logements sociaux dans la cité du Grand Parc à Bordeaux récompensé par le prix Mies van der Rohe 2019. Leurs projets s’étendent aux bâtiments culturels et universitaires. Ils ont réalisé la Frac de Dunkerque abritant des œuvres d’art contemporaine. De plus, on leur doit la rénovation du Palais de Tokyo transformé en Centre d’art contemporain. 

Mettre en avant l’humain 

Ils prônent et conçoivent une architecture centrée autour de l’humain en mettant en avant des attributs tels que le confort, la qualité du logement, l’accessibilité à tous aux espaces d’habitation. Dans une interview accordée au FRAC de Dunkerque,  Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal valorisaient l’habitant plus que l’espace en lui -même « On trouve ça très intéressant aujourd’hui l’idée d’habiter qui n’est pas seulement liée à une maison, à un immeuble ou à un à logement. Cette idée de travailler en considérant l’habitant, l’usager, ça nous intéresse énormément. » Cette conception des espaces d’habitation est associée à un engagement pour la protection de l’environnement.

Un travail récompensé et félicité par la ministre de la culture 

Dans un communiqué de presse daté de ce jour, Roselyne Bachelot-Narquin félicite les lauréats du Prix Pritzker 2021. Cette récompense valorise l’architecture française et permet de la faire rayonner dans le monde « une nouvelle preuve de l’excellence et du dynamisme de l’architecture française, qui a su se réinventer pour affronter les défis humains et écologiques du XXIe siècle. » Le prix qui est décerné depuis 1979 a déjà été remis à deux autres architectes français, Christian de Portzamparc en 1994 et Jean Nouvel en 2008. La nomination d’Anne Lacaton ajoute une sixième femme au palmarès.

Photographie du FRAC de Dunkerque © CC BY-NC-ND 2.0

 

Joe Boner, le cow-boy qui écoutait de l’électro dans Le Grand Canyon
« La guerre des pauvres », Olivia Grandville fait la révolution à La Ménagerie de Verre
Anaëlle Padé

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture