Actu
Une fake news fracassante : le pape François arrêté ?

Une fake news fracassante : le pape François arrêté ?

12 janvier 2021 | PAR Manon Bonnenfant

C’est LA « fake news » qui provoque un tollé depuis quelques jours : le pape François aurait été arrêté, 80 chefs d’accusation contre lui, dont certains d’une gravité extrême. Mais d’où vient cette information ? Quelles conséquences peuvent en découler ?

The Conservative Beaver et son article mensonger 

Le site conspirationniste The Conservative Beaver fut parmi l’un des premiers à relayer une telle information : selon un article publié le 9 janvier dernier, le pape François venait tout juste d’être arrêté par la police italienne. Parmi les 80 chefs d’accusation pesant sur lui : « inceste », « trafic d’êtres humains » ainsi que « pédocriminalité ». Mais cet article ne s’arrête pas là et déclare que d’autres hauts fonctionnaires du Vatican auraient également été arrêtés. Des arrestations qui se seraient déroulées durant une coupure électrique totale de la Cité. Une fois mis en ligne, l’article fut partagé en masse sur toute la toile puis ensuite repris par plusieurs médias internationaux, certains appelant tout de même à la vigilance. Mais la machine était déjà lancée. Le taux d’engagement sur Twitter atteignait près de 9.700 à la fin du weekend, et ce rien qu’en France. 

« Une fake news totalement absurde »

Le Vatican n’a pas tardé à réagir par le biais d’une source de Radio Vatican, qui dément catégoriquement cette « fake news totalement absurde ». Le pape François a depuis fait quelques apparitions en public qui confirment la fausseté de cette information. Ce n’est pas la première que The Conservative Beaver fait parler de lui. Son principe ? S’adresser à ses lecteurs par le biais de sources obscures, celles de ses mêmes lecteurs (articles indépendants, tweets, « on dits »). Un site entièrement basé sur des rumeurs et informations non fiables, et qui fut déjà épinglé pour des « fake news » de ce même type (des sois-disantes arrestations telle que celle de Barack Obama pour espionnage, en novembre dernier). Si l’origine de cet article est partie du Conservative Beaver, elle est arrivée jusqu’en France de par la traduction et republication sur le blog de Laurent Glauzy, journaliste spécialisé dans la politique internationale. 

La publication d’un tel article au contenu très grave est problématique. Qu’il soit relayé à l’échelle mondiale, et bien souvent dans l’ignorance la plus totale, l’est tout autant. L’occasion de rappeler que les réseaux sociaux ne sont pas une source de média en tant que telle mais un support et que, face au conspirationnisme, chaque information lue ou entendue doit être vérifiée, volontiers sur des médias sûrs.

visuel : ©L. Larralde

Festival de Gérardmer : la virtualité rencontre la virtuosité
Fernando Pessoa et sa riche complexité sur la scène de l’Echangeur de Bagnolet
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture