Actu
Un double prix Nobel de littérature

Un double prix Nobel de littérature

16 octobre 2019 | PAR Jules Bois

Jeudi dernier ont été dévoilés les attributions du Nobel de littérature de l’année 2019, mais aussi celui de l’année dernière. Peter Handke, écrivain autrichien en langue allemande, est récompensé pour l’année 2019, et Olga Tokarczuk de nationalité polonaise, écrivant dans sa langue natale, pour l’année 2018.

Le prix Nobel récompense annuellement depuis 1901, un écrivain dont l’œuvre est considérée comme majeure, qui a travaillé « for the greatest benefit to humankind » – pour le plus grand bénéfice de l’humanité – selon les mots du chimiste suédois Alfred Nobel. Peter Handke a été récompensé pour « son œuvre influente qui a exploré avec ingéniosité linguistique la périphérie et la spécificité de l’expérience humaine », et Olga Tokarczuk pour « une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, représente le dépassement des frontières comme forme de vie », a déclaré Mats Malm, le Secrétaire Permanent de l’Académie suédoise.

Cette nomination en retard d’un an pour le Nobel d’Olga Tokarczuk fait suite au scandale médiatique de l’année dernière qui a entouré l’Académie suédoise. Dix-huit femmes avaient accusé Jean-Claude Arnault de viol et d’agression sexuelle et celui-ci avait été condamné en 2018 à deux ans et demi de prison pour viol. De plus, celui-ci était l’époux de Katarina Frostenson académicienne, et accusée de corruption pour ne pas avoir précisé qu’elle possédait la moitié des parts du Forum le centre culturel dirigé par son époux et que l’Académie subventionnait. Le prestige et la légitimité de l’Académie en avait donc pâti, et elle avait décidé de reporter le prix Nobel de 2018 à l’année suivante.
La nomination de Peter Handke, de nationalité autrichienne, a suscité des controverses, en raison de ses positions floues sur le rôle de la Serbie et sur Slobodan Miloševic dont certains pensent qu’il prend la défense à demi-mots. Comme souvent lorsque le prix Nobel est relié de fait à une actualité politique, l’Académie s’est défendue en insistant sur la nature littéraire et non politique du prix.

Si vous souhaitez vous pencher sur les œuvres littéraires des deux nominés, quelques oeuvres pourraient vous permettre d’entrer dans leur travail récompensé.
Olga Tokarczuk a beaucoup marqué avec deux romans, Sur les ossements des morts paru en 2009, et Les Livres de Jakob parut en 2014. Le premier raconte la folie d’une vieille dame qui décide de venger le meurtre d’animaux en tuant les coupables humains de son village. Il est d’ailleurs adapté en film sous le titre Spoor en 2017. Le second retrace l’histoire fascinante de Jacob Frank, un chef religieux polonais du XVIIIe siècle à l’origine d’un mouvement messianique avec quelques emprunts de façade au christianisme : le frankisme. Ce livre a reçu le Prix Nike en 2015, équivalent polonais du prix Goncourt.
Pour Peter Handke, vous pourriez lire L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty, paru en 1970, racontant à la premier personne l’histoire d’un gardien de but qui, à la suite d’un échec, abandonne tout pour devenir un vagabond que le lecteur accompagne dans ses pensées, son ennui et son chemin. La Courte Lettre pour un long adieu, roman parut en 1972, raconte l’histoire d’un jeune écrivain autrichien qui à New York reçoit une lettre de sa femme l’informant de sa disparition et lui demandant de ne pas la chercher. Mais celui-ci se lance naturellement à sa recherche.

Visuel : Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0)

Women In Motion Podcast: Season 2
« Othello » : Arnaud Churin secoue les représentations
Jules Bois

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *