Actu
[Tour de web] Cadeaux

[Tour de web] Cadeaux

21 décembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il y a des semaines où trouver le gimmick du Tour de web est compliqué, mais un 21 décembre c’est du gâteau, ou de la bûche plutôt ! Mais comment sortir des marronniers quand on parle de cadeaux ? Tour de web !

2080895858_2a90da69a8_o

Gender studies

Comme les fleurs renaissent au printemps, le débat sur les jouets revient sans que pas grand chose ne bouge. Madame Figaro, dans un article sur les jouets stéréotypés informe sur le rapport d’information que les sénateurs Chantal Jouanno (UDI) et Roland Courteau (PS) ont présenté sur « l’importance des jouets dans la construction de l’égalité entre filles et garçons », invitant à lutter contre les « stéréotypes de genre » sous la bannière d’une pétition de principe : « l’égalité et le « vivre ensemble » commencent avec les jouets »
Ce rapport, qu’il est possible de consulter sur le site du Sénat met en place les dix commandements de bonne conduite dont « Cinq incitations d’ordre économique pour encourager les fabricants et les distributeurs de jouets à privilégier les jouets dénués d’implication sexuée  » :

« a) Première recommandation : mettre en place une charte de bonne pratique pour les grandes enseignes de distribution de jouets et les grands groupes de fabricants, pour que les jouets soient la première initiation à l’égalité
b) Deuxième recommandation : attribuer une forme de reconnaissance aux fabricants et aux distributeurs qui mettent en œuvre la charte, tant dans leur méthode de fabrication que de présentation des articles de jouets .
c) Troisième recommandation : attirer l’attention du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur la nécessité d’une vigilance particulière à l’égard des publicités télévisées de jouets et jeux, pour éviter les messages sexistes implicites véhiculés par ces publicités
d) Quatrième recommandation : mettre en place un système de « name and shame » (« carton rouge » ou « prix citron ») pour stigmatiser les pratiques
contestables
e) Cinquième recommandation : informer les responsables des commandes publiques de jouets et jeux de l’intérêt de privilégier les produits non sexistes
2. Cinq recommandations relevant de la formation des acteurs.
a) Sixième recommandation : rendre obligatoires des modules de sensibilisation aux stéréotypes dans toutes les formations qui ont un lien avec l’encadrement
des enfants (ESPE, CAP petite enfance, service public de la petite enfance, animateurs des temps d’activité périscolaire et titulaires des BAFA,
pédiatrie…)
b) Septième recommandation : organiser des sessions d’information des professionnels du service public de l’enfance (crèches, écoles, ludothèques, bibliothèques….) sur l’achat et la mise en espace des jouets proposés aux enfants, de manière à favoriser le « jouer ensemble »
c) Huitième recommandation : organiser, dans les temps d’activité périscolaire, des ateliers d’observation et d’éducation à la pratique partagée des jouets
d) Neuvième recommandation : lancer une campagne d’information nationale
e) Dixième recommandation : mettre à l’étude l’application au secteur des jeux et jouets des principes de l’économie circulaire et de l’économie sociale et solidaire »

Une longue lutte

L’action est donc en marche, et pour une fois, les choses sont prises au sérieux, mais les symboles semblent se déborder d’eux-mêmes. Europe 1 demande : Le père noël est-il sexiste ? On y apprend la chose suivante :

« Selon une étude NPD révélée lundi par le magasin de jouets la Grande Récré, on dépense davantage pour les jouets des garçons que pour ceux des filles.
La part des achats de jeux et jouets est de 54% pour les garçons, 46% pour les filles sur toute l’année. Comment expliquer cette différence ? D’abord parce qu’on achète des jouets toute l’année aux garçons, comme les petites voitures à collectionner. Ensuite , car le prix des jouets pour garçons est un peu plus élevé. Enfin, car les filles demandent vite autre chose que des jouets. Des vêtements ou du maquillage, par exemple. » Pourquoi les filles demandent plus de vêtements et de maquillage que leurs frères, cela, le rapport des sénateurs viendra y répondre peut être. Il y a encore du chemin à faire dans ce règne de l’essentialisation : « 

« Les garçons aiment bien les jeux sophistiqués alors que les filles préfèrent les jeux créatifs qui coûtent moins chers », confirme une maman », ça laisse songeur. Autant d’enfants différents que de parents différents. Il ne faudrait pas l’oublier.

Prendre le contre pied

TV5 Monde rapporte la vidéo d' »Un animateur américain a ainsi sollicité ses téléspectateurs pour tenter une curieuse expérience : offrir des cadeaux pourris aux enfants. Une expérience aussi cruelle qu’instructive. Les gamins déballent leurs jouets en salivant. Et c’est le choc. A la stupéfaction première de recevoir une pile, un brocoli, un sandwich entamé ou une éponge, éclate ensuite une terrible colère d’où s’échappent des mots qui n’ont rien d’enfantins. Quelques moutards, cependant, font preuve de retenue et semblent mieux gérer la frustration… « 

Chez Mademoizelle, tel un calendrier de l’avent, on découvre le cadeau « pourave » du jour : « . Après le kit DIY étron en pâte à modeler ou le faux poulet mort en latex hypoallergénique, voici une sorte de combinaison de ces deux best-sellers, la quintessence du cadeau pourri, le tout saupoudré d’une bonne dose de pop-culture : le caca en bocal. »
C’est fin ça se mange sans faim !
Pour le Point, l’affaire est simple, « Les cadeaux de noël sont inutiles », cela d’après  » Joel Waldfogel (qui) propose une critique bien sentie du rituel contemporain des présents de Noël. »

Si vous voulez tout de même faire vos cadeaux cet après-midi, la rédaction de Toute La Culture vous aide ici.

Et sinon, joyeux Noël, hag sameah et bon bout d’an !

Visuel : ©Kasia

« Les visiteurs du soir » par le medium Dominique Merlin
[critique] « Cours sans te retourner », un mélo oppressant sur un sujet fort
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture