Actu
[Tour de Web] Peur

[Tour de Web] Peur

28 juin 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Deux attentats en une seule journée. Cette fois ci il ne pleut pas, il ne fait pas froid, nous ne sommes pas en janvier. Deux attentats, l’un ici, l’autre un peu plus loin et si on veut bien l’entendre, une attaque encore plus loin. Tour de web d’une sensation désagréable.

France

Vendredi matin, la toile s’enflamme. Libération écrit rapidement : « Une attaque dans une usine de gaz en Isère a fait un mort et plusieurs blessés ce vendredi matin, annonce l’AFP confirmant une information du Dauphiné Libéré ». Sur Twitter le journaliste Richard Schittly met à jour son statut très régulièrement : « La famille du principal suspect vient d’être interpellée à Saint-Priest par la PJ de Lyon. »

On tombe dans l’affreux rapidement quand les détails affluent : « Le suspect, Yassin Salhi est rapidement arrêté. On apprend dans le Monde qu’il est « né en mars 1980, avait fait l’objet d’une « fiche S » en 2006 à la Direction de la surveillance du territoire « pour radicalisation », fiche « qui n’a pas été renouvelée en 2008 », a rapporté Bernard Cazeneuve. Une fiche S (pour « sûreté de l’Etat ») regroupe les déplacements d’une personne susceptible de préparer des actions nuisibles contre la France. »

Chacun son angle disent les journalistes, et sur le fil Twitter de Morandini, le gore jaillit :  » Attentat en Isère: La tête décapitée et recouverte d’inscriptions en arabe était accrochée à un grillage »

Deux jours après, la sensation est pâteuse dans la bouche, et comme au cœur de l’hiver, la tentation est maintenant de savoir qui est cet homme qui en décapité un autre. Le Parisien titre « Attentat en Isère : Yassin Salhi «était une bombe à retardement ». Il s’agit de l’interview d’un professeur de sport qui a eu l’homme en cours :  » J’ai eu la sensation d’avoir à faire à quelqu’un d’endoctriné, sous influence. Mais à aucun moment il n’a fait du prosélytisme durant les leçons, pas plus avec moi qu’avec le groupe. »

 

Tunisie

Trois mois se sont déroulés depuis l’attentat du Bardo, et la Tunisie vient à nouveau d’être frappée. Les journalistes tunisiens informent, beaucoup via Twitter. L’attaque a eu lieu à Sousse faisant  au départ 27 morts. France Info rapporte les mots de Anis Morai, journaliste à Radio Tunis « Ce coup de grâce donné pour faire éclater toute la saison estivale ». Comme pour l’attentat qui a bléssé la France ce même vendredi, les médias propose des fils d’actualité. L’Express par exemple : « Les touristes tués à sousse sont de nationalité Allemande, Polonaise, Anglaise et Tchéque (Moncef Cheikrouhou, ex-deputé sur BFM TV) ». L’effroi est international bien sur, très rapidement, les chefs d’état affirment leur choc « François Hollande et le président tunisien Beji Caid Essebsi se sont entretenus par téléphone, fait savoir l’Elysée dans un communiqué. Les deux chefs d’Etat expriment de façon conjointe leur « solidarité face au terrorisme » et leur « intention de poursuivre et intensifier leur coopération dans la lutte contre ce fléau ».

Deux jours aprés , l’effroi est encore plus glacial.Le bilan s’alourdit, on parle de 38 morts, pour le moment.  La parole est donnée aux survivants.  « Le choc des rescapés » titre le Figaro, racontant ainsi le ballet macabre de ceux qui ont perdu leurs « proches » comme on dit pudiquement  » Je pense par exemple à cette femme qui fuyait, dans le parking, avec son fils et son mari. Le mari a été touché. Il est mort. Elle m’a dit: «j’ai dû l’abandonner, sinon on mourrait tous les trois.» Il y a ceux qui restent, L’ob’s  offre le témoignage d’un couple Belge qui pose la question ; « Qu’est ce qu’ils vont devenir si on s’en va tous? »

Syrie

Le 26 juin, le Figaro titre : »Syrie: 120 civils exécutés en 24 heures par EI ». Le Monde rappelle que la ville symbole de la victoire Kurde contre l’EI, Kobané est de nouveau le terrain de l’horreur : « A Kobané même, « 120 civils ont été exécutés par l’EI dans leurs maisons, tués par les roquettes du groupe ou par ses tireurs embusqués », a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH, citant des sources médicales. Vingt-six autres civils sont morts dans les environs ».

Et pendant ce temps

Courtney Love a comparé la France à Bagdad. Il faut dire, prise dans le conflit qui oppose les taxis aux VTC, la veuve de Kurt a fait le buzz en twittant  » « Ils ont tendu une embuscade à notre voiture et notre conducteur est pris en otage. Ils attaquent les voitures avec des battes en métal. C’est ça la France ? Je suis plus en sécurité à Bagdad. ». Pendant que les attentats fleurissent, la plus parisienne des guerre prends les allures de la caricature de Caran d’Ache. Au moins, pendant ce temps là, on pense à autre chose, et Uber pense à développer des voitures sans chauffeur, donc vraiment sans droits sociaux.  Tout va bien.

« One Piece, La malédiction de l’épée sacrée » tome 1 et 2
Fête du cinéma 2015 : programme et sélection de films à ne pas rater au tarif de 4 euros la séance
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *