Actu
Tom Waits ne désarçonnera pas Bartabas

Tom Waits ne désarçonnera pas Bartabas

26 septembre 2016 | PAR Charles Filhine-Trésarrieu

Depuis deux mois, un différent oppose les deux artistes, le premier reprochant au second d’avoir utilisé ses chansons sans son autorisation et d’avoir plagié son univers. Une première décision de justice semble aller dans le sens de Bartabas.

Le dernier volet de l’affaire remonte au 29 juillet dernier, lorsque le chanteur américain Tom Waits saisit en référé le tribunal de grande instance de Paris dans le but de faire arrêter les représentations du dernier spectacle équestre du metteur en scène français Bartabas, « On achève bien les anges (Elégies) ». Selon Tom Waits celui-ci aurait créé un spectacle évoluant autour d’une douzaine de ses titres et plagiant son univers personnel sans en avoir demandé l’accord.

Rapidement, l’artiste français a déclaré avoir effectué les demandes d’autorisation nécessaires et avoir payer les droits conformément à la loi. En effet il est avéré que Bartabas a sollicité Tom Waits en février 2015, pendant le processus de création du spectacle. Le chanteur américain ayant déclarer ne pas être disponible à l’époque, c’est son label, Jalma Music, qui a alors autorisé Bartabas à utiliser plusieurs chansons parmi le catalogue du bluesman.

En dehors des questions de droits et de plagiat, Bartabas semble en outre avoir limiter l’utilisation de cette douzaine de morceaux à une simple partie de la bande son de son spectacle, ayant déjà un univers suffisamment original de par lui-même. « On achève bien les anges (Elégies) » a été imaginé au début de l’année 2015 après les attentats de Charlie Hebdo et évoque des thèmes sombres de ce début de XXIe siècle. La voie grave et triste de Tom Waits semble convenir à illustrer ce contexte dramatique et il est dommage que les deux artistes n’ai pus s’entendre sur une collaboration véritable.

Le 16 septembre, le juge des référés s’est déclaré incompétent et autorise ainsi de fait la reprise du spectacle à partir du 30 septembre. Mais le conflit ne se réglera pas tout de suite, car une seconde procédure est toujours en cours devant la 3e chambre civile, portant sur la violation de droits d’auteurs dont Tom Waits se déclare victime. La chambre rendra sa décision fin 2017.

Visuel : D.R.

Paris Match débarque sur Snapchat
Quand l’art retranscrit l’horreur du 11 septembre 2001
Charles Filhine-Trésarrieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *