Actu

La première mathématicienne médaillée

La première mathématicienne médaillée

16 août 2014 | PAR Marie Boëda

La médaille Fields, ce mercredi 13 août 2014 a récompensé quatre mathématiciens dont une mathématicienne. Mathématicienne qui plus est d’origine iranienne : Maryam Marzakhani. 

Cette année, le 27ème congrès de la médaille Fields a eu lieu en Corée du Sud. Une récompense qui équivaut au prix Nobel pour les mathématiques. Elle s’accompagne d’une somme de 11 mille euros pour des gagnants de moins de 40 ans.

Maryam Marzakhani est née en 1977 à Téhéran. Spécialiste de la géométrie hyperbolique et de la topologie, elle a été médaillée d’or aux Olympiques internationales de mathématiques (IMO) en 1994. Avec des études à Harvard, elle avoue la difficulté de se confronter aux préjugés : être une femme, iranienne et mathématicienne ayant fait des études en Iran : «Je devais sans cesse expliquer qu’en tant que femme, oui j’avais le droit d’entrer à l’université en Iran». 

D’ailleurs, en Iran, les universités accueillent plus de femmes que d’hommes. Pourtant ces préjugés sont alimentés par la presse iranienne conservatrice. Sur de nombreux supports, et parmi eux, le journal officiel du gouvernement, Maryam Marzakhani apparaît voilée, à son insu donc… Une initiative que le président lui-même ne s’était pourtant pas permis de prendre. En félicitant via tweeter la lauréate, il avait laissé la photo naturelle, sans voile.

Aujourd’hui professeur à l’Université de Stanford en Californie, elle se dit fière : « C’est un grand honneur et je serai heureuse si cela encourage des jeunes femmes scientifiques et mathématiciennes ».

Parmi les récompensés, le Franco-Brésilien Arthur Avila, l’Autrichien Martin Hairer et le Canado-Américain Manjul Bhargava. La médaille Fields existe depuis 1936 sous l’initiative du mathématicien canadien John Charles Fields. Les lauréats, depuis 78 ans donc, ont été jusqu’à présent toujours des hommes, principalement Américains ou Français (parmi les lauréats de 2010, deux Français : Ngo Bao Chau et Cédric Villani).

Ca ne peut être qu’une avancée lorsqu’on sait que dans la discipline des mathématiques, 70% des doctorants sont des hommes aux Etats-Unis. Quant à la France, en 2012, seuls 18% des maîtres de conférence en mathématiques fondamentales étaient des femmes. Arthur Avila, le Franco-Brésilien, lauréat du concours, raconte : « Un des résultats les plus importants des décennies passées a été découvert par une femme, qui avait une cinquantaine d’années. Mais, à cause de l’âge, elle n’a pas eu la médaille Fields« .

(c) Photo :  libre de droit (wikipédia)

Paris s’expose aussi à Hong Kong
« From What Is Before » sacré au Festival de Locarno
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *