Politique culturelle

Une place Paul Ricoeur à Paris en hommage au centième anniversaire du philosophe français

Une place Paul Ricoeur à Paris en hommage au centième anniversaire du philosophe français

24 novembre 2013 | PAR Kim Beci

Paul Ricoeur aurait fêté son centième anniversaire en février 2013. Pour lui rendre hommage, les maires de Paris et du 13è mais aussi son fils Jean-Paul ont assisté à l’inauguration de la Place Paul Ricoeur.


Grand philosophe français, ancien doyen de l’Université de Nanterre, le parcours de Paul Ricoeur fut compliqué : malgré ses intentions de moderniser l’université française et de se détacher un peu de l’influence archaïque de la Sorbonne, le philosophe avait voulu pratiquer selon ses idéaux à Nanterre , mais l’époque dans laquelle il exerçait n’était pas des plus faciles pour un professeur.

Mai 68 est arrivé, et les étudiants n’étaient pas d’accord avec ses principes. Revoltés, contestataires, ils ont envahi ses bureaux. Il a été forcé de quitter son poste pour y revenir plus tardivement.

Ses domaines principaux d’études étaient la phénoménologie, l’herméneutique, l’éthique et la théologie. Grand penseur de la volonté et partisan de l’analyse descriptive et de l’étude de la structure afin la dépasser, ses ouvrages sont des pièces essentielles à toute analyse littéraire, notamment la trilogie Temps et Récit, qui offre une étude exhaustive de l’art de la sémantique. Le récit, le temps et l’histoire sont mis à l’épreuve. Les ouvrages du chercheur font partie des livres de chevet d’écrivains, de passionnés de la littérature, de l’écriture mais aussi de savants, de philosophes, de professeurs…

Malgré les difficultés vécues de son vivant, Paul Ricoeur est resté dans la mémoire de la France comme l’un des philosophes les plus marquants du XXè siècle.

A l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, une place Paul Ricoeur a été inaugurée, jeudi 21 novembre, près de l’Université Diderot et de la BNF dans le 13è. Ont assisté à l’hommage, son fils Jean-Paul, Bertrand Delanoe et le maire du 13e, Jêrome Coumet.

La commémoration a été accompagnée d’une semaine de colloques organisés par la Fonds Ricoeur : Un organisme qui a vu la lumière grâce à la donation des documents et archives du philosophe à la Faculté libre de théologie protestante de Paris, ce qui a énormément contribué à l’étude de chercheurs du monde entier.

Visuel : © Capture d’écran www.fondsricoeur.fr (photo de Catherine Chavallier)

Les cousins Karlsson sauvages et wombats de Katarina Mazetti
[Chronique] « Les Chansons de l’Innocence Retrouvée » d’Étienne Daho
Kim Beci

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *