Politique culturelle

Shoah: le mea culpa financier de l’Autriche

Shoah: le mea culpa financier de l’Autriche

01 février 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le gouvernement autrichien a débloqué mardi 1er février en conseil des ministres une enveloppe de six millions d’euros pour restaurer le camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau , où furent assassinées 1,1 million de personnes, dont 1 million de Juifs, pendant la Seconde Guerre mondiale, a indiqué un porte-parole du gouvernement, Leo Szemeliker.

Si le Le Parlement autrichien approuve cette décision, elle entrera en vigueur le 1er janvier 2012. Cette enveloppe est constituée dans le cadre de la politique polonaise visant à constituer un fonds international de 120 millions d’euros pour financer la préservation du site.

L’Autriche assume son passé depuis le début des années 1990, moment où est crée  « Le Service autrichien de la Mémoire », financé par l’Etat.  Il est une alternative au service militaire, ses membres travaillent dans des institut de perpetuation de l’histoire et de la mémoire du Génocide des Juifs. Reste encore quelques vieux nazis coulant de vieux jours tranquille en Autriche.  En 2008, le pays refusait d’extrader le croate Milivoj Asner.

Avant la Shoah, prés 200 000 Juifs vivaient en Autriche.  Suite à l’Anschluss avec l’Allemagne nazie, l’essentiel de cette communauté part en exil. L’autre partie est exterminée . 65.500  juifs Autrichiens sont morts dans les camps d’extermination.

Ce geste financier tenant du symbolique au regard de la somme globale est un geste assumant la forte responsabilité de l’Etat Autrichien dans l’extermination des Juifs d’Europe.

 

 

 

Jamel Debbouze brusque poliment le 20h de Pujadas
Les Fatals Picards transforment Dave et Armande Altaï en parents coincés dans leur nouveau clip Coming Out
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *