Politique culturelle
Le festival Festiv’arts censuré

Le festival Festiv’arts censuré

16 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Par un courriel du 3 mars 2011, la DRAC Rhône-Alpes a fait part à la direction de Festiv’arts de sa « perplexité » quant à la programmation et au mode de financement de l’événement Jouer sur les mots, programmé le 16 mars 2011 à Grenoble dans le cadre de l’action Dis-moi dix mots qui nous relient du Ministère de la Culture (dans le cadre de la Semaine de la Francophonie). Sont mises en cause l’absence de sources de financement autres que la DRAC, et la programmation du spectacle considéré comme « à charge contre le président de la république », intitulé Sarkophonie.

Forte de dix ans de programmation d’arts de rue, et résolument tournée vers les pratiques d’éducation populaire, l’association Festiv’Arts a souhaité organiser un événement investissant la rue, et incitant à la participation du public à travers différents ateliers et spectacles issus de pratiques artistiques amateurs et professionnelles (graff’, sérigraphie, conte, slam, théâtre…). Cet événement se veut  un espace d’expression citoyen, au travers de différents actes créateurs engagés ou non, tous choisis pour leur qualité et leur pertinence au regard de la thématique de l’événement.

Le dossier déposé à la DRAC Rhône-Alpes en décembre 2010 faisait état des grandes lignes du projet, et a reçu approbation en janvier 2011. L’organisation avance depuis lors. Mais le document rendu au 15 février, présentant une programmation arrêtée et un budget prévisionnel, semble avoir provoqué la désapprobation de l’administration, nous demandant « plus de sérieux » si nous souhaitons « son soutien ». Cette mise en garde nous est parvenue deux semaines avant la date de l’événement Jouer sur les mots, nous obligeant à réagir dans l’urgence. Un délai d’action aussi court remet en question le déroulement de l’événement : il nous est impossible de garantir d’autres sources de financement à si court terme, et l’annulation seule du spectacle Sarkophonie est in-envisageable.

Dans ces conditions, nous prenons la décision d’annuler l’évènement. »

Cette annulation tient dans le refus de renoncer à programmer le spectacle Sarkophonie. Un« objet non identifié », comme le nomme la DRAC qui pourtant n’en est pas un. Rafaele Arditti est une comédienne professionnelle qui propose des spectacles jeune public et tout public depuis plus de 10 ans. Elle anime de nombreux ateliers de théâtre et clowns à Paris et à Aubervilliers.

Sarkophonie a séduit le public d’Avignon deux années consécutives ainsi que le festival d’Aurillac. Le spectacle est un seul en scène jubilatoire où un « gendarme » affirme un discours dont les mots s’emmêlent mettant en avant une distance entre la pensée et le dire..une « dissection dyslexique du discours réactionnaire ».

Le spectacle Sarkophonie sera donné le 16 mars à 21h30 (Prix libre), Salle culturelle Berlioz / 361, allée Hector Berlioz 38400 St Martin d’Hères/ Tram C, D (Arrêt Berlioz).

Miss Van vernit chez Magda Danysz samedi 19 mars 2011
Long voyage du jour à la nuit, les fantômes d’Eugène O’Neill hantent la Colline
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture