Politique culturelle

L’aménagement des bords de Seine confirme un allongement des temps de parcours

L’aménagement des bords de Seine confirme un allongement des temps de parcours

18 février 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le projet d’aménagement des berges de Seine a été validé en conseil de Paris  les 7 et 8 février. Si les propositions offrent une réelle amélioration des activités culturelles et commerciale dans cet espace actuellement dédié aux voitures, l’inquiétude monte sur les relations entre Paris et sa banlieue.

Ces voies sur Berges nouvelle version offriront un meilleur accès au fleuve, en les rendant piétonnes, en développant et en diversifiant les usages en proposant des activités sportives, culturelles, citoyennes et économiques. La volonté de la Mairie de Paris est de valoriser ce site unique en  » supprimant l’aspect autoroutier des berges rive gauches et rive droite ». La dimension écologique sera renforcée dans le souci du respect de la biodiversité.

Une large concertation auprès des citoyens et des élus, à Paris et en Ile de France donne un avis favorable, à 70,3 %. Le public attend de pouvoir trouver des cafés, guinguettes, mais aussi des librairies spécialisées ou des bouquinistes. Un marché alimentaire serait acheminé par voie d’eau. Le musée d’Orsay serait lié au Musée du Louvre par une traversée.

Du côté des contestataires, la rumeur gronde d’une sclérose du centre de Paris, coupé de sa proche banlieue et de certains arrondissements peu desservis par le métro.  La mairie de Paris répond que « L’étude du projet avec la préfecture de Police a montré que les reports de circulations étaient sans conséquences dommageable ». La mairie avoue tout de même que des ralentissements sérieux seront à prévoir au niveau du quai Anatole France. La fermeture des quais bas  entre le pont Royal et le pont de l’Alma et la multiplication des feux visant à empêcher l’engorgement en provoquant des ralentissements inquiètent.

La ville prévoit une nette amélioration  des transports en commun, notamment le doublement de la fréquence du RER C, la mise en œuvre de matériels à grande capacité sur le RER A , l’automatisation de la ligne 1 devrait aboutir à « une augmentation de capacité d’environ 15000 voyageurs par heure alors que le projet diminue la capacité routière de seulement 1500 voyageurs ».

La part belle sera donc faite aux activités culturelles  et ravira les parisiens dans leurs temps de repos. Les activités de semaines sont volontairement ralenties rendant difficile les déplacements dans Paris et entre les différentes banlieues. Le  département des Hauts de Seine a réagi vivement et a demandé de nouvelles études à l’horizon 2020. En effet, un projet d’augmentations de voies associé à une multiplication de zones commerciales pourrait causer un afflux de trafic sur les 15 e et 16 e arrondissements qui ne pourrait être écoulé.

La hausse de l’offre culturelle sera réelle, mais confrontée à une difficulté de se déplacer rapidement à différents endroit de la capitale, la crainte est réelle , une montée d’un mécontentement de la part des salariés et chefs d’entreprises devant effectuer des trajets nombreux dans une même journée.

 

 

 

 

 

Tigran en Concert au Châtelet le 25 mars
Gagnez 2×2 places pour le concert de Tigran le 25 mars au Théâtre du Châtelet
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *