Politique culturelle
{Interview} – Kamal YAHIAOUI, dirigeant de la société Terpan «Peu de femmes savent qu’elles peuvent prendre en charge leur prévention»

{Interview} – Kamal YAHIAOUI, dirigeant de la société Terpan «Peu de femmes savent qu’elles peuvent prendre en charge leur prévention»

30 novembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Kamal Yahiaoui est le dirigeant du laboratoire Terpan qui  est fournisseur de produits d’hygiène et de prévention. Le laboratoire intervient dans le secteur de la prévention contre les I.S.T. (infections sexuellement transmissibles) avec des produits comme le préservatif masculin et, ce qui nous intéresse aujourd’hui,   le préservatif féminin (le Fémidom ®)dont Terpan est  le distributeur historique en France. Nous l’avons interrogé sur cet objet vieux de plus de 20 ans et qui reste encore méconnu.

Comment est perçu le préservatif féminin ?

Aujourd’hui, il s’en vend nettement moins que de préservatifs masculins. Peu de femmes savent qu’elles peuvent prendre en charge leur prévention.  Il reste un objet cher, en moyenne 4 à 5 fois plus cher que son pendant masculin.

Ce coût a une raison technique, le préservatif féminin  se compose de trois éléments qui ne peuvent s’assembler qu’à la main.

Depuis quand existe-t-il ?

Depuis  la fin des années 90. Terpan en vend depuis 1998.  Le marché du préservatif masculin est mature et il croît en valeur, sur les produits sensation, et sans latex pour répondre aux problèmes d’allergie.

Quels sont ses avantages ?

L’un de ses avantages est qu’il peut se porter jusqu’à huit heures avant un rapport sexuel, mais surtout il permet aux femmes de prendre en charge leur prévention et leur sexualité, convient aux personnes allergiques au latex, est utilisable avec tous types de lubrifiants ( à l’eau, à l’huile , et au silicone), et de passer outre l’idée que c’est à l’homme de régir la question de la protection.

Peut-on en trouver gratuitement ?

Oui, Terpan en personnalise pour l’INPES à hauteur de centaines de milliers. L’INPES les distribue ensuite aux associations.  Nous, on les commercialise, aujourd’hui avec un nouvel emballage « So Sexy » faisant du préservatif féminin  un  objet de plaisir et de prévention pour les femmes actives et soucieuses de leur bien être

 

 

Les Plasticiens sont abstinents en matière de préservatif
Playlist : SIDA, protégez vous !
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *