Politique culturelle
Aurélie Filippetti : Une ministre normalienne pour un président normal

Aurélie Filippetti : Une ministre normalienne pour un président normal

22 mai 2012 | PAR Ariane Kupferman Sutthavong

Aurélie Filippetti est la nouvelle ministre de la culture et de la communication du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Cette agrégée de lettres classiques, un temps enseignante, a rejoint en 2006 le Parti Socialiste et l’équipe de campagne de Ségolène Royale dont elle a été la conseillère dans des domaines tels que l’environnement, la culture ou l’éducation. Avant de revenir au front préparer l’offensive électorale de François Hollande,  elle a été élue, en 2007, députée de la 8ème circonscription de Moselle.

Née  dans cette région, Aurélie Filippetti, fille et petite-fille de mineurs communistes, a consacré un roman à la mémoire ouvrière, Les Derniers Jours de la Classe Ouvrière, paru chez Stock en 2003. Celle qui déclare que « la littérature [l’] a sauvée » relate également son histoire familiale (l’arrestation et la déportation de son grand-père résistant) dans ce livre politiquement et socialement engagé.

La nouvelle locataire de la rue de Valois affirme aujourd’hui que « la culture n’est pas un luxe, c’est ce qui rassemble » et entend bien essayer de réparer les injustices commises selon elle durant le quinquennat précédent.

Visuel : (c) Didier Plowy/MCC

Warda, la rose s’est fanée…
Cannes 2012 : Interview de Pablo Atoll Ward pour « 3 », une comédie familiale présentée à la quinzaine des réalisateurs
Ariane Kupferman Sutthavong

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture