Politique culturelle
« Affaire Rosenberg » : une nouvelle pièce secrète du procès dévoilée

« Affaire Rosenberg » : une nouvelle pièce secrète du procès dévoilée

16 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

Le gouvernement fédéral de Washington a dévoilé mercredi le témoignage vieux de plus de 70 ans du frère d’Ethel Rosenberg, qui avec son mari Julius, ont été condamnés à mort en 1953 pour espionnage au profit de l’Union Soviétique…

Le témoignage de David Greenglass, qui a aidé les autorités à avoir la conviction que sa soeur, Ethel Rosenberg, ainsi que son beau frère Julius Rosenberg, étaient des espions soviétiques, a toujours été gardé secret. Mais ce document crucial de l’affaire qui a été une des grandes causes de la Guerre Froide a enfin été dévoilé. Comme le révèle le site New York Post, un juge fédéral de Washington a en effet ordonné mercredi 15 juillet la publication du témoignage de David Greengrass, mort à l’âge de 92 ans l’an dernier. C’était grâce à ses dires que les époux Rosenberg ont été reconnus coupables en 1951 d’avoir conspiré au profit de l’Union Soviétique concernant l’arme atomique, que les Etats-Unis étaient alors les seuls à posséder. Mais jusqu’à leur exécution en 1953, Ethel et Julius Rosenberg ont clamé leur innocence, provoquant un vaste élan de solidarité dans le monde. Les intellectuels français notamment étaient persuadés de l’innocence de ce couple de modestes Américains communistes, précise L’Obs.

Dans l’affaire, David Greenglass, accusé d’être « co-conspirateur », a été condamné à dix ans de prison. Il occupait un poste de machiniste à Los Alamos (Nouveau-Mexique), siège du projet Mahnattan où la bombe atomique devait être construite. Lors du procès de sa soeur et son beau-frère, il a avoué leur avoir donné des données de recherche et a expliqué qu’ Ethel Rosenberg s’était ensuite chargée de les transcrire sur une machine à écrire dans son appartement de New York en 1945. Une fausse information révélée par un journaliste du New York Times des décennies après. David Greenglass a en fait donné ces informations à sa femme qui les a transmises aux Soviétiques. Face à cette accusation, historiens et archivistes ont demandé au juge fédéral de Washington de desceller les dossiers de l’affaire. 43 des 46 témoignages ont été dévoilés bien avant mercredi mais les trois derniers, dont celui de David Greenglass, n’ont pas été divulgués jusqu’à cette date. Le juge du district américain, Alvin Hellerstein, avait quant à lui ordonné la transcription en mai dernier de ce qu’il appelle « les pièces critiques d’un moment important de l’Histoire de la nation ».

Visuel : © Wikipédia

Les soirées du week-end du 17 Juillet
SCUM RODEO à la Maison des Métallos
Elodie Schwartz