Actu

Polémique sur l’investissement des Saoudiens à la Scala de Milan

Polémique sur l’investissement des Saoudiens à la Scala de Milan

08 mars 2019 | PAR Justine Lenormand

Alexander Pereira, directeur de la Scala de Milan, est en négociation avec Riyad à propos d’un possible financement qui atteindrait 15 millions d’euros en cinq ans.

Le 5 mars, Alexander Pereira a confirmé, dans un entretien au quotidien La Repubblica, le processus de négociations avec Riyad sur un financement de la Scala de Milan. Le rapprochement entre l’Italie et l’Arabie saoudite s’est fait grâce à des hommes proches du président de la région, Attilio Fontana. Le directeur de la Scala de Milan a ainsi pu prendre contact avec le gouvernement saoudien ainsi qu’Aramco (géant pétrolier saoudien) confiait M. Pereira à La Repubblica. Le 7 décembre 2018, les ministres respectifs des deux pays, l’Italien Alberto Bonisoli et le Saoudien Bader Ben Abdallah se sont rencontrés lors de la soirée d’inauguration de la nouvelle saison de la maison d’opéra milanaise.

L’eurodéputé du Parti démocrate italien (PD) Antonio Panzeri a plaidé : « Je comprends la nécessité d’obtenir des fonds, mais nous ne pouvons absolument pas permettre qu’un des symboles les plus prestigieux de Milan collabore avec qui dans son propre pays piétine tous les jours les droits et la liberté. » 

Le financement de la prestigieuse scène permettrait d’autant plus au ministre saoudien cité plus tôt d’entrer à son conseil d’administration. A l’instar du parlementaire européen, beaucoup se demandent si l’Arabie saoudite, un pays où les libertés sont entravées, a sa place à la Scala de Milan. L’affaire fait grand  bruit alors que l’assassinat, en octobre 2018, du journaliste Jamal Khashoggi perpétré dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul a indigné tout l’Occident. 

De son côté, Alexander Pereira affirme « avoir suivi avec effroi le cas Khashoggi ». « Je sais très bien quel régime despotique est le régime saoudien, mais au-delà de la froideur comptable (…), je suis convaincu de la force positive de la musique et de l’obligation morale des administrateurs d’en favoriser la connaissance. »

Le Teatro alla Scala de Milan, inauguré en 1778, est l’une des salles d’opéra les plus légendaires au monde. Le prince Bader est bien décidé à le financer, selon M. Pereira, qui affirme qu’il pourrait réorienter sa proposition vers un autre pays si les négociations n’aboutissaient pas. Selon le directeur, « en France, ils n’attendent rien d’autre »

Visuel : © Creative Commons

Défilé Litovskaya automne / hiver 2019 -2020
8 mars 2019 : féminismes
Justine Lenormand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *