Actu
Olivier Py ouvrira le 68e Festival d’Avignon par le Prince de Hombourg

Olivier Py ouvrira le 68e Festival d’Avignon par le Prince de Hombourg

17 septembre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Reçu au micro de l’excellent Stéphane Capron, Olivier Py directeur du festival d’Avignon depuis le 1er septembre a donné sur France Inter ses premières lignes programmatiques.

Olivier Py sera le second metteur en scène à diriger le festival. Depuis Vilar, cela n’avait pas été le cas. Son souhait est de réinstaller le festival dans la ville, à l’année. Son premier festival sera marqué par des mesures très symboliques.

La première est d’ouvrir la Cour d’Honneur par Le prince de Hombourg de Kleist. Cette pièce avait marqué le festival 1951, le rôle était tenu par Gérard Philipe, un mythe ! L’été prochain, la mise en scène sera assurée par l’italien Giorgio Barberio Corsetti qui s’est récemment illustré avec une mise en scène de second plan d’Un chapeau de paille d’Italie à la Comédie-française.

Symbolique aussi est l’allongement de la durée du Festival. Les débats avaient été nombreux l’année précédente et Olivier Py fait taire l’idée que le festival ait pu durer dans son histoire 4 semaines pleines. Il devrait débuter le 4 juillet jusqu’au 28 juillet. Cette édition devrait en revanche proposer moins de productions (une trentaine contre plus de quarante ces dernières années) dans le but de donner les spectacles sur des séries de représentations plus longues.

Olivier Py metteur en scène, répétera à l’année à la Fabbrica, et mettra en scène au prochain festival une comédie politique qu’il est en train d’écrire dans la veine des Illusions comiques. Ce nouveau texte pourrait même en être la suite. Son implication dans la ville sera donc pérenne et se diffusera en dehors des remparts.  Lors de sa direction du Théâtre de l’Odéon il avait profondément travaillé avec les écoles en lien avec l’éducation nationale. Il semblerait, et cela est heureux, qu’il souhaite importer cette méthode à Avignon.

Au micro de Stéphane Capron, il a réaffirmé qu’il n’y avait qu’un seul festival, le festival d’Avignon, communément nommé le In. Pour le moment on ne sait rien de la place offerte à la danse, à la performance et à la lecture.

Cet amoureux des textes aura à cœur de transmettre des poèmes sans avoir peur des contraintes de temps : des classiques avec Hölderlin (Hyperion mis en scène par Marie-José Malis, la nouvelle directrice du théâtre de la Commune à Aubervilliers) et des contemporains avec le dramaturge grec Dimitri Dimitriadis auquel il avait déjà donné la part belle dans sa programmation à l’Odéon. On peut déjà attendre l’intégrale de la trilogie Mai, juin, juillet de Denis Guénoun montée par Christian Schiaretti. La pièce retraçant les évènements de Mai 68 et ses conséquences sur la société française et le monde de la culture à travers un échange épistolaire fictif entre Jean-Louis Barrault et Jean Vilar, a d’abord été donnée sous la forme d’une lecture il y a deux ans au Musée Calvet avec la jeune troupe du tnp puis est devenu un spectacle fin 2012 représenté à Villeurbanne.

Olivier Py veut destiner son festival à l' »émergence » et aux talents nouveaux. Il souhaite qu’il n’y ait que 20 à 30 %  de noms connus du public d’Avignon dans les artistes invités. Seront au rendez-vous le belge Fabrice Murgia, la roumaine Gianina Carbunariu et enfin la sulfureuse italienne Emma Dante, déja connue en France après ses passages très remarqués au Rond-Point et à l’Opéra-Comique mais encore jamais venue à Avignon.


Olivier Py : L’axe du 68ème Festival d’Avignon… par franceinter

 

Visuel : (c) CC

Infos pratiques

Gagnez 2×2 places pour le concert de Carmen Maria Vega à Chevilly-Larue (Festi’Val de Marne) le 12.10
Gagnez 10×2 places pour le Festival Elektricity sur le Parvis de la Cathédrale de Reims le 27.09
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *