Medias
Tweet antisémite : Fleur Pellerin souhaite une négociation

Tweet antisémite : Fleur Pellerin souhaite une négociation

11 janvier 2013 | PAR Justine Braive

Alors que Twitter a refusé de communiquer l’adresse IP des auteurs des messages racistes mardi dernier, la ministre déléguée à l’Economie numérique, Fleur Pellerin, intervient dans l’affaire des tweets antisémites.

Rappelez-vous, en octobre dernier, de nombreux tweets antisémites avaient fleuri sur le réseau social reprenant les mots clés #unbonjuif et #unjuifmort. Menacé de poursuites judiciaires, Twitter avait alors consenti à supprimer les tweets dérangeants. Mais pour l’UEJF, ce n’était pas suffisant. L’association  avait alors  assigné en justice le réseau social américain fin novembre dernier. Le président de l’association, Jonathan Hayoun, a précisé dans une tribune de Libération datant du 7 janvier ses demandes. Il souhaite obtenir les noms des auteurs des tweets antisémites afin de pouvoir les poursuivre ainsi que la mise en place  d’un dispositif qui  permettrait à toute personne de signaler un tweet « d’incitation à la haine raciale ou faisant l’apologie d’un crime contre l’humanité ».

Une confrontation était prévue lors de l’audience le 8 janvier 2013. Twitter a malheureusement indiqué mardi dernier qu’il ne pouvait pas communiquer les données permettant d’identifier les auteurs de tweets racistes ou antisémites sans l’aval des autorités américaines. L’avocate du réseau social, Me Alexandra Neri, a souligné que Twitter souhaitait simplement respecter la législation américaine puisque  les données sont collectées et conservées aux Etats-Unis, par le site dont le siège social est basé à San Francisco.  Me Neri met en avant le vide juridique autour de cette affaire en soulignant l’absence d’harmonisation des législations.  Pour Jonathan Hayoun, c’est tout simplement une « démonstration de l’hypocrisie » du site qui se cacherait derrière la loi américaine.

La ministre déléguée à l’Économie numérique a alors réagi à la polémique. Interviewée sur LCI, Fleur Pellerin a déclaré « Twitter vient d’ouvrir une antenne commerciale en France, et souhaite vraisemblablement s’installer en Europe, donc je pense qu’ils ont tout intérêt à s’adapter aux cultures juridiques et philosophiques et éthiques des pays dans lesquels ils souhaitent se développer ».  La ministre a ajouté que des négociations étaient actuellement en cours avec les responsables du site et que ceux-ci étaient « réceptifs », afin de trouver un terrain d’entente autour de la notion clé de l’affaire, « la liberté d’expression ».

Joint par téléphone, le président de l’association Jonathan Hayoun trouve « très bien » le fait que « le Gouvernement négocie », estime « que toutes les démarches sont bonnes pour obtenir gain de cause » mais regrette néanmoins la proposition de Fleur Pellerin de discuter avec Twitter de l’applicabilité de la loi française puisque selon lui, « Twitter a tout intérêt à respecter le cadre juridique français ».

 

Reste à savoir si les négociations iront bon train avant que ne soit rendue la décision le 24 janvier prochain.

 

 

 

Les 10 incontournables du week-end du 11 janvier
[Interview] Fakear, électron électro : « le live, ça doit rester rock and roll ! »
Justine Braive

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture