Actu
Loubna Abidar, l’actrice du film Much Loved, agressée à Casablanca, se réfugie en France

Loubna Abidar, l’actrice du film Much Loved, agressée à Casablanca, se réfugie en France

13 novembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Jeudi 5 novembre, au soir, Loubna Abidar s’est faite agresser dans les rues de Casablanca par trois jeunes hommes, visiblement ivres, qui l’ont traînée dans leur voiture afin de la rouer de coups. Habituée aux menaces et aux insultes depuis la sortie du film Much Loved, interdit au Maroc, dans lequel elle campe le rôle une prostituée, l’actrice n’avait pourtant encore jamais subi un tel niveau de violence. Récit.



Dans l’entretien téléphonique accordé au quotidien Le Monde, Loubna Abidar raconte : « Ces derniers jours, le temps passant, la tension me semblait retombée. Alors jeudi 5 novembre, le soir, je suis allée à Casablanca à visage découvert. J’y ai été agressée par trois jeunes hommes. J’étais dans la rue, ils étaient dans leur voiture, ils m’ont vue et reconnue, ils étaient saouls, ils m’ont fait monter dans leur véhicule, ils ont roulé pendant de très longues minutes et pendant ce temps ils m’ont frappée sur le corps et au visage tout en m’insultant. » Blessée, l’actrice se rend immédiatement dans un bureau de police pour reporter cette agression. Alors dans un état de choc, elle se voit rire au nez par les officiers présents, qui refusent de l’aider. Le scénario se répète lorsqu’elle tente de se faire soigner par des médecins. Elle le dit, elle se sentait alors « terriblement seule« . Pourquoi un tel abandon de la part des autorités et du corps médical ? L’actrice choque au Maroc, mais pas seulement.

Depuis la sortie du film qui l’a rendue célèbre, pourtant interdit au Maroc, elle est littéralement devenue la figure du mal dans le pays, de la dépravation, de la mauvaise conduite. Elle confie que « Tous les jours, je lis que je suis la honte des femmes marocaines« , et que « Quand une fille se comporte mal, on lui dit «Tu finiras comme Abidar» . » Cette agression est la concrétisation de toutes les violences morales qu’elle subit depuis des mois. C’est pourquoi elle a décidé, ne pouvant plus supporter ce climat, de se réfugier en France, dont elle dit, toujours au Monde, qu’elle a reçu beaucoup de soutien, comme du reste de l’Europe. Loubna Abidar l’affirme, elle ne veut pas renier son pays, elle se trouve simplement dans l’impossibilité de vivre dans ce climat de peur qui l’entoure en permanence, et qui s’est soudainement accru il y a quelques jours. Elle explique ne vouloir dénoncer ni son pays tout entier, ni uniquement ses trois agresseurs, mais bien une partie de la population, qu’elle considère rétrograde. Récemment interviewée par Télérama, elle exprime sa volonté de faire évoluer les mentalités : « On nous dit que la société marocaine va changer, que ça finira par arriver un jour. Moi, je préfère que ce jour-là, ce soit aujourd’hui.« 

Visuels : DR

Vidéo : © daylimotion

Les Sept Planches de la ruse : le Casse-tête chinois d’Aurélien Bory
Playlist de la semaine (139)
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *