Actu
La MPAA à l’heure du déconfinement

La MPAA à l’heure du déconfinement

23 juin 2020 | PAR Julia Wahl

La Maison des Pratiques artistiques amateurs, dite MPAA, a pour mission de promouvoir la pratique amateur sous toutes ses formes, hors de tout programme d’Éducation artistique et culturelle ou d’action culturelle. Comme tout lieu de rassemblement, elle a vécu la période du confinement comme un moment difficile, où il a fallu se renouveler. Aussi les médias numériques ont-ils été un outil précieux de maintien des relations avec le public. Cela apparaît notamment dans deux projets phares de l’institution : « Frontière(s) », mené tout au long de l’année 2020 à l’antenne du quartier Saint-Blaise, et la « Collecte », née des effets du confinement.

Le projet « Frontière(s) » se réinvente

« Frontière(s) », projet de territoire de la MPAA Saint-Blaise mené par le metteur en scène Pier Lamandé, a commencé le 29 février, soit deux semaines seulement avec le confinement. Il « vise à permettre la créativité de toutes et de tous, à créer du sens et du lien sur un territoire » selon Sonia Leplat, directrice de la MPAA.

Pour ce faire, il repose sur plusieurs ateliers de création animés par des artistes professionnels en musique, danse, théâtre ou littérature ainsi que des expos photos, des débats et des performances publiques.

Pour faire face à la distension du lien liée au confinement, des « visio-ateliers » ont été créés. D’après Sonia Leplat, cette situation doit nous amener à réfléchir à la place du numérique dans la création, dont il fait de fait désormais partie. Les nouveaux outils de communication ont en effet parmi aux ateliers et au projet de continuer à exister.

« Frontière(s) » verra son aboutissement dans une « grande performance artistique, urbaine et festive » (Pier Lamandé) le samedi 26 septembre de la MPAA Saint-Blaise à Montreuil et Bagnolet.

Une « Collecte » des œuvres nées pendant le confinement

Le second de ces projets est né de cette période un peu particulière que nous venons de traverser : il s’agit de collecter les milliers d’œuvres que nous avons tous et toutes créées durant ce maintien à domicile forcé. La MPAA a lancé pour cela une plateforme Google qui permet à chacun et chacune d’archiver son travail et de lui donner ainsi une réelle visibilité. Il peut s’agir d’une vidéo, d’un texte ou d’une performance vivante… Peu importe, du moment que l’œuvre a été créée pendant le confinement.

Visuel : communiqué de presse

Planches contact, dans les coulisses de la préparation d’une édition particulière
L’agenda classique et lyrique, physique et numérique du 23 juin
Julia Wahl
Après dix ans d'enseignement des lettres en lycée, je travaille actuellement à la compagnie de danse verticale Retouramont comme chargée de diffusion et de production. Auparavant, j'ai œuvré six mois à l'Action culturelle du Mouffetard-Théâtre des arts de la marionnette. A côté des ces activités professionnelles, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *