Actu
La lettre d’Alfred Dreyfus adjugée à 380 000 euros

La lettre d’Alfred Dreyfus adjugée à 380 000 euros

04 juin 2013 | PAR Fatima-Ezzahrae Touilila

Une lettre d’Alfred Dreyfus s’envole aux enchères à 380 000 euros. 

debut-de-la-lettre-ecrite-par-alfred-dreyfus-en-prison-le-26-janvier-1895-et-mise-aux-encheres-a-paris-le-29-mai-prochain-en-medaillon-alfred-dreyfus-en-1900-cette-photo-est-extraite-du-li

Mise en vente par la filière parisienne de la maison d’enchères Sotheby’s, la lettre d’Alfred Dreyfus a été adjugée à 380 000 euros (frais non-compris), soit près de quatre fois son prix d’estimation. La  lettre est  datée du 26 février 1896, soit quelques mois à peine après sa condamnation et sa dégradation dans la Cour Morlan de l’Ecole militaire  immortalisée par la couverture du Petit Journal d’Henri Meyer.  Elle  était  adressée au Ministre de l’Intérieur du bagne Saint-Martin-de-Ré  alors qu’il attendait d’être déporté vers l’île du Diable  sur laquelle il vécut quatre ans, seul avec ses surveillants.

On y retrouve le même cri d’innocence dont les échos furent lourds de conséquences,  « j’ai été condamné pour le crime le plus infâme qu’un soldat puisse commettre et je suis innocent (…) Je ne viens vous demander, monsieur le Ministre, ni grâce ni pitié, mais justice seulement ». Puisqu’il marqua très profondément Emile Zola, qui fit paraître son fameux « J’accuse », ainsi que Théodore Hertzl qui, assistant à la cérémonie de dégradation depuis sa chambre d’hôtel, fut convaincu dès lors de « la nécessité de résoudre la question juive ». La III ème République fut aussi profondément ébranlée  par cette affaire qui divisa la France en deux camps, les dreyfusards et les anti-dreyfusards, une division originelle qui façonna le paysage  politique français.

Une  vente fut contestée par le petit-fils d’Alfred Dreyfus qui souhaitait que la lettre  rejoigne le patrimoine national.

Visuel : copie d’écran, catalogue vente Sotheby’s Paris.

Avec Papandhréou, Vive la crise !
Un appel vibrant aux origines de la danse Kathak au Musée Guimet
Fatima-Ezzahrae Touilila

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture