Théâtre
Avec Papandhréou, Vive la crise !

Avec Papandhréou, Vive la crise !

04 juin 2013 | PAR Marie Boëda

C’est d’une manière qui se veut avant tout militante que le metteur en scène franco-grec Alexandre Kollatos propose à la Comédie St Michel une pièce au premier regard caricaturale et humoristique sur la crise en Grèce et son Premier ministre. Mais « Vive la Crise » dénonce l’ombre jetée sur les Grecs depuis la crise en mettant un point d’honneur à nous éclairer sur les discours de Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre.

 

Au premier tableau, nous sommes dans un asile d’aliénés. Des personnages politiques européens de la crise en Grèce sont caricaturés. Christine Lagarde au geste nerveux répète sans cesse « où est mon argent ? » suivie d’un Cavaliere aux idées dépravées. Merkel est représentée en pro Hitler, en faveur d’un retour à la suprématie allemande avec un Sarkozy aux mimiques et tics amplifiés, toujours à ses côtés,  . Tous se moquent d’un homme aux allures de benêt et au tee-shirt Spiderman, c’est Papandhréou… Il s’exprime comme un enfant et raconte qu’il veut voyager ; c’est pourquoi le poste de ministre des Affaires étrangères lui  plait autant. Après cette ouverture divertissante, aux airs de « guignols de l’info », arrive un hommage aux victimes de cette crise. Manifestations, morts d’innocents, honte du peuple grec, suicides, fondent une série de témoignages abordant en contrepartie les fiertés de la culture grecque, son théâtre, la démocratie grecque. Jeunes diplômés au chômage discutent entre eux et expriment leur peine et la honte de l’état de leur pays. Interprétés par des comédiens jeunes et « frais » qui sont peut-être censés rappeler les jeunes talents détruits par la crise.

C’est sans grande recherche artistique que le metteur en scène est passé par le café théâtre pour dénoncer une situation qui est perçue (in)différemment par les Français. A la fin du spectacle, Alexandre Kollatos prend la parole sur scène et réaffirme le premier objectif de cette pièce qui est un témoignage des conséquences d’une crise mal gérée par son Premier ministre, les conséquences d’une prolifération des idées de l’Aube Dorée, valeurs qui ne touchent pas que la Grèce. Cette intervention insiste sur la nécessité d’une prise de conscience. En passant par le divertissement, il est plus aisé de transmettre des idées. Les discours de Papandhréou joués dans la pièce sont, nous rappelle-t-il, exacts et amusent les Français mais pas les Grecs. Il insiste sur la présence d’un député dans la salle, car il souhaite ainsi s’exprimer aux politiciens français. Finalement Vive la crise est un acte politique osé avec peu de moyens, à la portée de tous, pour prendre conscience de la misère qui a submergé un peuple dont plus personne ne parle et pourtant pas si éloigné du peuple français.

Avec : Laura de Boischevalier, Dimitra Charitopoulou, Joachim Delmotte, Brice Landwerlin, Matthieu Moerlen, Electra Parikos, Alexandre Kollatos.

Visuels (c) : envoyé par le metteur en scène.

Infos pratiques

Musée de l’Histoire Urbaine et Sociale de Suresnes
L’estival
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture