Actu
Face au corona virus, l’aide culturelle publique se met en place

Face au corona virus, l’aide culturelle publique se met en place

07 avril 2020 | PAR Clémence Varène

À cause des incertitudes liées à la crise sanitaire inédite que nous traversons, les craintes et les pertes du monde de la culture se multiplient. C’est afin de répondre, aussi largement que possible, que des mesures progressives se mettent en place. Voici une liste, non exhaustive, de certaines d’entre elles, destiné à sauver le milieu culturel, et sont principalement financières.

À l’échelle nationale.
Le 18 mars, seulement deux jours après l’annonce du confinement, le ministre de la culture, Franck Riester annonce une aide de 22 millions d’euros destiné au milieu culturel. 10 millions pour la musique, 5 pour le spectacle vivant, 5 pour le livre, et 2 pour les arts plastiques. Cette mesure était à l’époque une réponse directe à la fermeture de tous les lieux publics non nécessaire annoncée quelques jours plus tôt. Ces fonds sont ensuite gérés par les différents Centres nationaux (CNM, CNC, CNL, etc.) sous tutelle de l’état. Cette mesure était accompagnée à l’époque d’une demande envers les structures les plus solides de continuer à payer les compagnies, artistes et autres techniciens, si elles le pouvaient.

À l’échelle régionale.
Mais cette mesure, survenue dès le début de la crise, a heureusement été suivie par d’autres, à l’échelle plus locale. Ce vendredi 3 avril, la région Île de France a voté un fond de 10 millions d’euros pour soutenir le spectacle vivant, en consacrant 9 millions aux compagnies d’artistes, associations et structures en lien avec la région, et 1 million aux salles et organisateurs qui subissent le manque de spectateurs.

De manière plus spécifique, des mesures se mettent aussi en place par secteurs pour essayer d’aider au maximum les personnes investies dans la culture du pays.

Le monde de la musique.
Après le premier fond de soutien de 11,5 millions d’euros créé par le Centre national de la musique (CNM), qui pourra être « complété par des financements externes », c’est au tour de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) de se mobiliser. Cherchant avant tous à secourir « ses membres les plus en difficulté », la société a mis en place différentes mesures. La première est un fond de 6 millions d’euros, qui permettra de verser de plus petites sommes (de 1500 à 5000 euros) aux organismes dans le besoin. La seconde mesure, qui touche à la question du droit d’auteur, annonce des avances exceptionnelles sur les versements, avec des modalités de remboursement plus arrangeantes. Enfin, la Sacem a annoncé revoir son plan d’aide aux éditeurs, en le renforçant d’un million d’euro. La structure avait déjà par ailleurs participé au plan d’aide du CNM évoqué plus tôt.

Le monde du cinéma.
Après le CNM, c’est le CNC (centre national du cinéma et de l’image d’animation), qui a manifesté son soutien, en créant le fond de 5 millions d’euros, toujours sous tutelle du gouvernement. Mais les mesures du Centre ne s’arrêtent pas là, puisqu’après considération, il a été décidé de facilité la sortie des films directement en VoD, en supprimant la loi de « chronologie des médias », en assouplissant les mesures de remboursements, et en supprimant les taxes de mars 2020. Consultez notre article complet pour toutes les informations.

Le monde des festivals.
Enfin, puisque l’arrivée de virus a plus ou moins coïncidé avec l’arrivée du printemps, et donc des festivals, le gouvernement a récemment annoncé de nouvelles mesures afin de gérer cette partie tout aussi importante de la culture. Cependant, entre ceux qui reportent, ceux qui annulent, ou ceux qui maintiennent des éditions inédites en ligne, le ministère de la culture est confronté à une très grande hétérogénéité. C’est pourquoi il a été décidé que les situations seraient analysées et gérées au cas par cas. Les mesures seront prises en tenant compte de l’évolution de la situation, et en partenariat entre les ministères, les régions, et bien sûr les acteurs impliqués dans les différentes manifestations. Une adresse mail est déjà en ligne, pour répondre à toutes les questions, et restera ouverte jusqu’à la fin de la crise : [email protected].

Enfin, n’oublions pas qu’il est possible d’agir à l’échelle locale pour soutenir la culture, en allant justement soutenir en ligne ces événements 2.0. N’hésitez donc pas à faire un tour sur notre nouvelle plateforme en ligne, qui vous permettra de regarder de magnifiques prestations tout en soutenant les artistes.

Visuel : ©all creative commons – flickr

“Kubrick par Kubrick” : l’Odyssée sonore
Le OFF d’Avignon 2020 peut/doit-il avoir lieu ? Les sentinelles posent la question.
Clémence Varène

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *