Actu
Décès de l’architecte Jean Perrottet à 95 ans

Décès de l’architecte Jean Perrottet à 95 ans

04 mars 2021 | PAR Manon Bonnenfant

Il aura conçu les plans de nombreuses salles de spectacles et maisons de culture. Jean Perrottet s’est éteint le 26 février dernier, au noble âge de 95 ans. 

Jean Perrottet avait 22 ans lorsqu’il se lança dans des études d’architecture, en 1947, mettant ainsi derrière lui son engagement militaire. Il choisit pour cela la prestigieuse Ecole des Beaux-Arts de Paris, et un mentor de renom en la personne de Guy Lagneau (un des piliers de l’Atelier LWD). A l’issue de ces sept années d’études passées, il fonda en 1960 l’Atelier d’urbanisme et d’architecture avec des collègues tels que Jacques Allégret, Paul Chemetov ou encore Jean Tribel. Un Atelier qui – durant plus de vingt ans – s’engagea à rassembler les passionnés de toutes activités urbanistes et architecturales afin de bâtir des projets qui leur ressemblaient. Cette même année, Jean Perrottet reçut le Prix de l’Équerre d’argent, visant à récompenser une équipe (et un maître d’œuvre – lui en l’occurrence) qui a pris part à la construction d’un bâtiment quel qu’il soit. La tenue de cet Atelier ainsi que les nombreuses rencontres effectuées l’orientèrent vers une spécialisation pour l’architecture publique et surtout culturelle. Car quelques années avant, il avait réalisé les désormais célèbres Théâtre de la Ville et Théâtre national de Chaillot, tous deux à Paris. 

Ainsi, lui et son collègue Valentin Fabre – brillant tandem – conçurent les plans intérieurs et extérieurs d’environ 25 salles de théâtre. Parmi elles : le Théâtre de l’Agora (Evry), de Sartrouville, le Théâtre national de la Colline (Paris), ou encore sa dernière œuvre datant de 2006, le pôle culturel de La Seyne-sur-Mer. Le duo da passionnés avait déclenché une véritable révolution architecturale dans les salles de spectacles, favorisant de ce fait l’accès à la culture pour les populations des quartiers défavorisés. En effet, les travaux de Jean Perrottet et de son collègue s’étaient joins aux multiples actions menées par André Malraux et Jack Lang, lorsque ces deux personnalités occupaient respectivement les postes de Ministre d’État chargé des affaires culturelles et Ministre de la Culture ainsi que de l’Éducation. « Il a débranché son oxygène et il est parti sans faire de bruit, certainement en paix. Il a eu la vie qu’il souhaitait et a décidé de sa fin avec la classe et la bonne humeur qui le faisaient aimer de beaucoup », a fait savoir l’un de ses fils Vincent Perrottet.

Visuel : Centre administratif de Pantin, Jacques Kalisz et Jean Perrottet, 1962-1973 – © Gérard Guillat. Fonds Kalisz. SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle

Nicolas Maury présidera le jury de la Queer Palm
Le dessin contemporain s’expose au MAMC de Saint-Etienne
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture