[AVIGNON OFF] Les Chaussettes rouges à La Petite Caserne

11 juillet 2016 Par Maïlys Celeux-Lanval | 0 commentaires

C’est une histoire loufoque qui pourrait bien nous faire réagir : dans un monde où tout le monde doit porter un slip blanc, des terroristes placent une chaussette rouge dans la machine à laver d’un citoyen, déteignant ainsi ses slips en rose. Dans la laverie, on s’affole. Chacun regarde l’autre avec suspicion, mais surtout craint d’être accusé… Questionnant la justice, l’ordre, les règles et le pouvoir, le spectacle Les Chaussettes rouges n’aurait jamais pu être plus actuel. Porté par une troupe de comédiens formidables, la pièce déroute, amuse et fait réfléchir : un bon moment ! 

Bon, c’est vrai, l’histoire est complètement tirée par les cheveux. Mais qui sait, peut-être qu’en un jour lointain, notre monde paraîtra tout aussi absurde à des peuples plus évolués ! En cette période de contestation réprimée, de terrorisme et d’état d’urgence, le rapport de tout-un-chacun à la police et au pouvoir est pour le moins compliqué. En janvier 2015, les forces de l’ordre étaient des sauveurs applaudis ; en mai 2016, les CRS frappent les manifestants sans vergogne. Petit à petit, l’écart se creuse entre les désobéissants, ces militants armés d’un espoir à toute épreuve, et la police.

Mise en scène et écrite par Sébastien Novac, la pièce Les Chaussettes rouges propose un miroir de cette situation extrême en inventant une dystopie irréaliste qui se frotte sans hésiter aux problématiques les plus sensibles de la police : car le seul policier présent dans la laverie, en faisant bavure sur bavure, en exerçant un pouvoir abusif et en insultant les personnes qui l’entourent dans la laverie, le policier donc rappelle fortement les derniers événements des manifs anti-Loi Travail… Mais quand il défaille en racontant son histoire, c’est lui qui semble finalement le plus proche de la révolution. Le Policier s’efface alors pour laisser place à l’Homme, l’autorité laisse place au courage, et l’obéissance disparaît pour faire place à l’insurrection. C’est comme cela que l’on passe du rire au sérieux, de la légèreté à la réflexion. Bravo.

Du 7 au 30 juillet 2016 à 13h45 (relâche les 2, 19 et 26 juillet).


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: