L’agenda cinéma de la semaine

31 janvier 2018 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

Il y a un nouveau Woody ! Cela suffit à notre bonheur. Cela aurait pu suffire. Cela ne suffit pas. Alors, on a déniché quelques films et des rééditions magnifiques. Clap !

Wonder Wheel de Woody Allen

Tout concorde. Le narrateur est un écrivain déguisé en sauveteur bronzé, et les personnages de son drôle de conte sont tout droit sortis d’une pièce de Tennessee Williams : une épouse malheureuse, prisonnière de sa condition, un gamin (le sien), pyromane compulsif, un mari fana de flétan qui ne touche plus au scotch, sinon il a la main lourde, et une belle-fille menacée de mort qui revient voir son père après des années d’absence. Le temps est bon, le ciel est bleu. Le décor est heureux. Les touristes viennent gober quelques huîtres et profiter du bord de mer. Mais sous le vernis (« Cheap thrills and good hot dogs »), la crasse, la poisse, des gangsters et des revers.. Notre critique du dernier Woody est ici

L’Insulte De Ziad Doueiri

Une vision sociale du Liban vue par le prisme d’une querelle qui tourne mail entre Toni (chrétien libanais) et Yasser (réfugié palestinien). Le talentueux assistant de Quentin Tarentino, Ziad Doueir revient avec un nouveau film après l’Attentat. A voir.

Centaure de Aktan Arym Kubat
Au sein de la section Cinémas du monde de l’Arras Film Festival 2017, on a pu se plonger dans ce drame solaire, dépaysant, profond, un peu modeste dans sa forme, mais très bien joué. A voir en salles en France dès aujourd’hui. Et notre critique est ici

Le ciel peut attendre d’Ernst Lubitsch

Avec Toute La Culture, gagnez 4×2 places pour LE CIEL PEUT ATTENDRE d’Ernst Lubitsch au cinéma.

La grande comédie d’Ernst Lubitsch, avec Gene Tierney et Don Ameche revient au cinéma en version restaurée 4K dès le 31 JANVIER.

Le Navire night de Marguerite Duras

Duras est partout, au théâtre en ce moment, notamment avec La maladie de la mort aux Bouffes du Nord, mais aussi au Cinéma avec la ressortie de Le Navire Night, film de 1979 avec la célèbre Bulle Ogier. Le film est l’adaptation d’une pièce éponyme que Claude Regy mettait en scène la même année.

Visuel : Copyright Mars Films