[Critique] du film « Le voyage de Fanny » la 2ème guerre mondiale à travers les yeux d’enfants juifs

21 mai 2016 Par Gilles Herail | 0 commentaires

Lola Doillon (Et toi t’es sur qui) adapte l’ouvrage de Fanny Ben Ami pour retracer le parcours de jeunes juifs livrés à eux mêmes pour fuir la France occupée et rejoindre la Suisse. Le voyage de Fanny raconte la seconde guerre mondiale à hauteur d’enfants et livre un témoignage juste et émouvant, évitant les écueils du genre grâce à la qualité de ses comédiens en herbe.

Note de la rédaction :

Extrait du synopsis officiel : devant fuir précipitamment, Fanny prend alors la tête d’un groupe de huit enfants, et s’engage dans un dangereux périple à travers la France occupée pour rejoindre la frontière suisse.  Entre les peurs, les fous rires partagés et les rencontres inattendues, le petit groupe fait l’apprentissage de l’indépendance et découvre la solidarité et l’amitié…

La France entretient une relation particulière avec l’histoire de la seconde guerre mondiale, dont la mémoire est constitutive de son identité. De nombreux ouvrages, films, pièces, documentaires sont revenus, avec des approches et des angles différents, sur la honte nationale de la collaboration active, visant notamment les français juifs. Le voyage de Fanny s’inscrit dans cette ambition de témoignage, en adaptant l’ouvrage de Fanny Ben Ami pour nous conter l’histoire vraie d’un groupe d’enfants juifs traversant la France occupée pour atteindre la Suisse. Un récit à hauteur d’enfants, où les personnages adultes n’apparaissent qu’en arrière plan, qu’ils soient amis (le film rend hommage aux bénévoles de l’OSE qui ont sauvé des milliers de juifs) ou ennemis. Alors que leur exfiltration subit une série de contre-temps, les 8 jeunes héros vont devoir s’auto-gérer pour sauver leur peau en atteignant un territoire neutre.  Tout en restant des gamins, avec leurs sautes d’humeur, leurs jeux, leur difficulté à percevoir des enjeux qui les dépassent.

Le voyage de Fanny parle avec beaucoup de justesse de la confrontation d’enfants à une obligation de survie à laquelle ils ne peuvent être préparés. De l’incroyable poids mis sur les épaules de sa jeune héroïne qui va devoir prendre en charge des tout-petits, les protéger, ne faire confiance à personne, garder son sang-froid malgré le risque permanent de l’arrestation et de la déportation. Lola Doillon dirige parfaitement ses étonnants jeunes comédiens, filmant avec un vrai regard les interactions du groupe, l’instabilité de leurs émotions, les moments où le contexte les rattrape et les étouffe. Le scénario aurait gagné à supprimer les quelques scènes symboliques appuyées qui n’ajoutent rien. Mais le témoignage sobre et puissant de cet incroyable périple pour éviter la mort met en lumière une Mémoire sensible et humaine de la seconde guerre mondiale. Un long-métrage forcément pédagogique, équilibrant intelligemment sa description d’une France divisée entre Justes, antisémites et indifférents, qui pourra parler au jeune public, malgré l’intensité de certaines scènes.

Gilles Hérail

Le voyage de Fanny, un drame de Lola Doillon avec Cécile de France, Léonie Souchaud, Fantine Harduin, Juliane Lepoure, durée 1h34, sortie le 18/05/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: