[Anvers] « Holy Hauruck », à la découverte du travail de la pasticienne Kati Heck au M HKA

29 mai 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Jusqu’au 29 mai 2016, le musée d’art contemporain d’Anvers présentait le travail très réaliste, intimiste et géant de l’artiste allemande Kati Heck. Alors que cette  artiste est représentée par la galerie Tim van Laere, c’est l’occasion pour Toute La Culture de vous présenter son travail.

Note de la rédaction :

A la fois pop et sensible, le travail émouvant de Katie Heck se laisse découvrir en parallèle de celui de Vaast Colson dans le cadre de l’exposition Show me your & I’ll show you mine au MHKA d’Anvers. C’est dans un espace gigantesque que les dessins immenses et les installations non moins grande de l’artiste allemande peuvent se découvrir, sous la forme d’une quasi-rétrospective. Côté installation, cette artiste qui grimpe n’hésite pas à mettre le paquet sur la couleur et la pop culture : des immenses peluches décapitées qui jonchent la première salle de son exposition à  l’orchestre mécanique de fin de soirée qui remplit une salle en passant par un pigeon-épouvantail et par une immense machine jaune à délivrer des gouttes de calvados, les dispositifs sont joueurs et colorés. Mais l’émotion et le morceau de bravoure de l’art déjanté de Katie Heck passe avant tout par ses bouleversant dessins. Grands formats néo-expressionnistes de la vie quotidienne et bohème, ces grandes fresques qui empruntent autant à Schiele (la signature est klimtienne d’ailleurs) qu’à Ensor et la BD belge mettent en scène des corps qui finissent toujours par se brouillent à fleur de peau ou à leurs extrémités. Alors que l’artiste se met elle-même volontiers en scène dans des saynètes aussi crues que pleines de références, la puissance du dessin et les expressions de personnages très dessinés laissent toujours des impressions sensibles et durables aux spectateurs. Un très grand coup de crayon pour une artiste qui sait aussi parfaitement et violemment utiliser les couleurs et dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Visuels : DR


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: