Le patrimoine en 3D: le défi de la start up Iconem

21 juillet 2016 Par Florence Prunier | 0 commentaires

Les destructions à Palmyre, site antique classé au patrimoine de l’Unesco, en août 2015, par Daesh, ont fait prendre conscience d’un manque de patrimonialisation. Un enjeu de mémoire que la start-up française Iconem a décidé de relever…

Un architecte, Yves Ubelmann, et un pilote, Philippe Barthelemy, se sont réunis pour ce projet, dont l’idée avait été lancée par la ministre de la culture, Fleur Pellerin en septembre 2015. Le duo a donc mis en place une start-up, Iconem, qui utilise la modélisation en 3D pour constituer des archives virtuelles. L’aventure a commencé par la Syrie, et c’est aujourd’hui un des projets les plus importants, le Syrian Heritage, financé en partie par Parrot. Leur objectif: envoyer des spécialistes sur place pour soutenir les archéologues et les architectes et utiliser les outils technologiques pour constituer une base de données. « En tant que scientifiques, ils se sont sentis assez abandonnés en 2012-2013 par toute une communauté internationale qui avait été très présente et amenait des capitaux pour le patrimoine syrien. » témoigne Yves Ubelmann.

Pour cela, les drones leur sont d’une utilité vitale. Précis, en interaction avec leur espace, ils permettent de capturer l’intégralité du site historique visité. Puis les deux co-fondateurs effectuent une reconstitution en 3D à partir des images prises: c’est le principe de la photogrammétrie.

La difficulté est moins dans le développement de la start-up et dans ses moyens de fonctionnement que dans l’accès aux sites. Ainsi, pour la Syrie, les invitations sont rares: forcément, les relations diplomatiques avec la France ne sont pas les meilleures qui soient en ce moment. Ils ont donc travaillé pendant un an à distance via des photos envoyés par les archéologues syriens. Enfin, en décembre 2015 et avril 2016, ils peuvent prendre connaissance des lieux et des dégradations à Palmyre.

L’intérêt pour ce genre de reconstitution virtuelle se développe: ainsi le gouvernement afghan, l’UNESCO, le CNRS et l’ENS ont déjà pris contact avec la start-up. Et ça ne s’arrête pas là, leur ambition est de conquérir toute la planète: à Delos en Grèce, en Jordanie… et de faire participer tout le monde: ainsi, une photo touristique peut enrichir les données pour aider à reconstituer les sites virtuellement. Tous à vos appareils photos!

Visuel: Site antique de Palmyre, Video Youtube Yves Ubelmann


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: