Canal + en guerre contre le piratage

4 janvier 2017 Par
Léa Sanchez
| 0 commentaires

La chaîne cryptée se mobilise contre les personnes piratant ses décodeurs, tant sur le terrain judiciaire que technique. Explications.

decodeur

Pour Me Thibault Vitry, avocat de Canal + au barreau de Créteil, la chaîne de Vincent Bolloré perd “500.000 abonnés par an à cause des décodeurs pirates” (voir La Nouvelle République). Une pratique illégale – et un manque à gagner – contre lesquels la chaîne en perte d’audiences se mobilise judiciairement. Fin novembre, à Poitiers, la justice a condamné à six mois de prison avec sursis un trentenaire qui aurait écoulé pour plus de 70 000€ de décodeurs pirates entre début 2014 et fin 2015. La presse locale précise qu’il devra aussi verser au groupe Canal + et à la société d’édition près de 33 000€ d’indemnités.

Une bataille « prise en main » par Canal +

Une victoire qui n’est pas seule sur le terrain judiciaire contre les auteurs de piratage. Parmi les techniques utilisées : le card-sharing, très répandu en Afrique et au Maghreb. Il repose sur le partage d’abonnement entre plusieurs téléspectateurs. Il y a un mois, la Voix du Nord rapportait la condamnation de 10 personnes pour avoir employé cette méthode. Entre elles, non seulement les vendeurs de décodeurs piratés mais aussi de “simples” usagers du système. Si ceux-ci doivent seulement s’acquitter d’une amende – les vendeurs ayant en plus été condamnés à de la prison avec sursis – ce cas est symbolique de la lutte de Canal + contre le piratage.

Une guerre dans laquelle la législation française et les autorités qui en découlent paraissent avoir été peu efficaces. La Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI) sera notamment supprimé en 2022, sans avoir réellement réussi à faire diminuer le piratage. A titre d’exemple, selon l’Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle (ALPA), un « organisme de défense professionnelle », un tiers des internautes accèdent à des sites de contrefaçon audiovisuelle. Dans le cas de Canal +, le groupe est confronté à plusieurs techniques de piratage. Et il est décidé à endiguer le phénomène.

Au-delà du terrain judiciaire, de nouvelles mesures

En plus des poursuites judiciaires, selon telesatellite.com, Canal + se dotera de nouvelles mesures au cours du mois de janvier 2017 pour limiter le piratage. Dans son article diffusé début juillet 2016, le site retranscrit un courrier envoyé aux abonnés dans lequel, « afin de renforcer la sécurité et limiter le piratage », le groupe explique faire  « prochainement évoluer le mode de diffusion de ses programmes » et invite ses abonnés à vérifier la compatibilité de leur décodeur avec ce nouveau mode de diffusion.

Visuel : décodeur – Image Flickr – Ol.v!er [H2vPk] (CC BY 2.0)