Restaurants & Bars
Mamma Primi : l’empire des « Mamma » est arrivé aux Batignolles

Mamma Primi : l’empire des « Mamma » est arrivé aux Batignolles

09 septembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Après Ober Mamma et East Mamma, la joyeuse équipe italienne aux commandes de ces jolies trattoria de l’est de Paris investit le quartier des Batignolles. Situé au 71 rue des dames, Mamma Primi se concentre – comme son nom l’indique – sur les premiers plats (antipasti, pizzas et pâtes) dans une ambiance art déco qui tranche avec les deux premiers restaurants. Ce jeudi 8 septembre, un orchestre de jazz et un buffet ouvert accueillait la presse et les happy few qui pouvaient découvrir ce nouveau spot incontournable de la gastronomie parisienne.

En passant à l’ouest de Paris, Mamma Primi a conservé les clés de son succès : des produits premiers incroyables (mozarella di bufala, burrata et mozzarella fumée, charcuterie insurpassable et tous ces produits tels quels sur des pâtes très fines de pizza), des cocktails originaux et un peu bobos, des vins italiens simples (et un peu trop chers pour le fête qu’ils offrent au palais) et des assiettes en faïences un peu rétro.

Côté disposition, l’on retrouve pas mal de tables pour deux personnes un peu romantiques, et un grand bar central qui invité à faire la fête. Mais encore une fois, ce 3e restaurant « Big Mamma » a su faire avec l’ambiance et les conditions du lieu pour éviter l’effet « chaîne » de restaurants et que ce Primi – dernier né ait sa propre personnalité : la longue terrasse le long de la rue est très « titi » tandis que l’intérieur propose une atmosphère art déco assez géométrique et moins « ronde » que les autres restaurants. Hier, l’invitation était généreuse, la nourriture délicieuse et pléthorique, le jazz band festif était juste parfait et le climat était en effet convivial, populaire et dansant, assiette toujours pleine à la main, dans une valse joyeuse autour d’excellentes saveurs.

Mamma Primi, 71, rue des dames, 75017 Paris, m° Rome.
visuels : YH

[Live Report] Mozart 26 / Bruckner 6 avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin
[Deauville, Jour 7] Crise identitaire, mannequinat en ligne et flics ripoux à l’écran
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *