People

Frédéric Vignale, moraliste 2.0

01 mars 2010 | PAR Yaël Hirsch

Le rédacteur en chef du Mague est l’un des rares « amis » que l’on aime suivre sur facebook. A mille lieues des soporifiques « X s’est fait cuire des pâtes » et « Y est fatigué », les statuts de ce moraliste qui sait vivre dans l’époque qu’il critique sont des petites perles de pensées qui provoquent de jolies étincelles. En témoignent les multiples commentaires que les pensées existentielles et  lettrées de Vignale suscitent en direct sur son « wall » et pour la première fois, un petit livre qui recueille les plus fins de statuts de l’automne dernier. « Frédéric Vignale trouve que Louis XIV était vraiment un bon président de la République » (éditions Biliki) est un témoignage de sagesse et de délicieuse déraison à offrir sans modération à tout ami qui sait de près ou de loin ce qu’est l’ironie.

« Les vrais écrivains ne se risquent plus à publier des romans sur papier, ils postent des statuts sur facebook, c’est bien moins ringard » (p. 33)

La renommée des status facebook de Frédéric dépasse désormais le cadre feutré de ses 1700 amis. « Frédéric Vignale trouve que Louis XIV était vraiment un bon président de la République » retrace les aphorismes web 2.0 d’une de nos très belles plumes. Jeux de mots, pensées qui fusent autour de l’actualité mais aussi de la condition de l’homme moderne sont concentrés dans cet assortiment d’humeurs-humour en quelques lignes. Et l’éphémère de la saison dernière est désormais imprimé noir sur blanc sur papier glacé. Si le coup de barre physique de Johnny ou l’élection de Miss France nourrissent l’état psychique quotidien d’un Vignale très « Net and the City », des prises de positions plus politiques sont aussi de mise. Notamment autour du débat sur l’identité nationale : « FV a échangé sa carte d’identité contre un abonnement d’un an à Pif gadget. A bien meilleure conscience ». Mais c’est sans se prendre au sérieux que Vignale proteste délicieusement sur sa page facebook contre le blingbling sarkozien qu’il décrit comme quasi-monarchique : « Fv fait fi des saisons et a créé sa propre météo intérieure. Mine de rien c’est un véritable acte politique » (p. 30).

Puisque selon Vignale, « Toutes mes vérités sont bonnes à dire » (p. 51), certaines sont strictement conjoncturelles, et pourtant bien agréables à lire. Ni macho, ni intello, juste garçon sensible, intelligent et amoureux de sa talentueuse fiancée, Vignale irradie depuis Tchernobyl jusqu’à l’orée de 2010. A l’image du titre, ses bonnes phrases sont toujours à lire au dixième degré, et en disent long sur nos contemporains doublement branchés. Frédéric Vignale est donc un moraliste classique à la La Rochefoucault qui propose sous une forme discontinue un tableau des moeurs de son époque. Le paradoxe est que  cette forme est bien ancrée dans cette époque, et qu’en grand esprit qui buzze, Vignale a poussé la blague distanciée jusqu’à l’imprimer pour que vous puissiez l’offrir en bouquet. Chers amis lecteurs, à la fois « hype » et critiques, nous vous souhaitons une bonne lecture et de délicieux fous rires à la lecture de ce petit recueil d’aphorismes facebookiens.

« Frédéric Vignale trouve que Louis XIV était vraiment un bon président de la République », éditions Biliki, 5 euros.

Comment 1 : Le livre de Frédéric Vignaleest le premier volume d’une collection entière nommée «  lu sur facebook » dont deux autres titres sont déjà disponibles  aux éditions Biliki.

Comment 2 : Vous pouvez le suivre chaque jour sur facebook (s’il vous accepte comme ami) et sur le mague et bientôt voir ses superbes photos sensuelles et chics de Catwoman.

Laetitia mise à nu
Les ruines d’Hollywood s’exposent à Paris
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Frédéric Vignale, moraliste 2.0”

Commentaire(s)

  • FV ne sera pas suffisant pour arrêter le métier que je n’ai pas fini d’apprendre. FV a des idées que j’ai eu au plus tard en même temps que lui. Biliki suit – c’est dire. Devenir fan. Devenir fade.

    mars 1, 2010 at 20 h 27 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *