Beauté

Cosmebio, portrait de la première association mondiale de cosmétiques écologiques.

Cosmebio, portrait de la première association mondiale de cosmétiques écologiques.

15 octobre 2013 | PAR Pulcherry Von Ober

2002 : une poignée d’entrepreneurs français pressent que la cosmétique Bio possède un avenir, et ils créent COSMEBIO. Cette association loi 1901 a depuis évolué et aujourd’hui est devenue la première association mondiale de cosmétique écologique et biologique générant un chiffre d’affaires cosmétique de 9,6 milliards d’euros. Comment une telle croissance a pu se produire, et quels sont les nouveaux objectifs de COSMEBIO ?

Le bio dans les cosmétiques français : une part croissante
Le marché français* des produits de beauté biologique naturels a enregistré une croissance de 25 % par an depuis 2005. Aujourd’hui ce marché entre dans une phase d’expansion avec un nombre croissant d’utilisateurs ainsi que l’apparition de nouvelles marques. La France est en 2011, le deuxième marché européen des produits de beauté bio et naturels derrière l’Allemagne. Si ce marché n’a représenté que 2% du chiffre d’affaires

des cosmétiques en 2010, les produits bio ont néanmoins enregistré une progression de 25% par an entre 2005 et 2009 : il s’agit donc d’une des plus fortes croissances du marché cosmétique en France. Et certains n’ont pas attendu pour se lancer sur cette vague du vert, et surtout, pour tenter d’éclairer le mieux possible les consommateurs, dans leur quête du naturel et du bio.

COSMEBIO, une charte
Cette association est à l’origine de la charte des cosmétiques écologiques et biologiques. Adhérer à cette association, c’est s’engager à respecter les 3 piliers de la Charte COSMEBIO.
D’abord, le respect des hommes, de l’éthique, de la responsabilité sociale. Cela s’exprime par des conditions de vie et de travail compatibles avec la dignité et l’épanouissement personnel, un consommateur informé de manière transparente, un commerce équitable et solidaire, une filière qui s’engage à tous les niveaux de sa production.
Ensuite, la promotion d’une recherche scientifique continue, capable d’encadrer et de contrôler les pratiques.
Enfin, le respect de la nature, de la biodiversité par le soutien à l’agriculture biologique. En, effet, la cosmétique biologique utilise des ingrédients naturels selon des procédés d’extraction et de transformation qui préservent au mieux leurs propriétés naturelles. Ainsi, cette cosmétique respecte le patrimoine universel de la nature, s’investit pour utiliser durablement les ressources naturelles, respecter les normes de l’agriculture biologique, conserver la diversité biologique prendre en compte le respect de la vie animale. Notons que la plupart des adhérents COSMEBIO sont engagés dans une démarche de protection des animaux et adhèrent à la charte ONE VOICE. Et puis, il est important de souligner que depuis le 11 mars 2013, l’Union européenne interdit l’utilisation des animaux à des fins de tests cosmétiques, non seulement sur les produits finis mais aussi sur les ingrédients.

COSMEBIO : ses labels BIO et NAT
Le label BIO est connu et reconnu des consommatrices selon une étude Ipsos menée en 2011 pour 93 % des consommatrices. Il couvre 95% du marché français des cosmétiques Bio et représente 15% du marché européen des cosmétiques Bio.
Cependant, il a été constaté une nouvelle émergence de catégorie de consommateurs en marge des consommateurs avertis, des consommateurs néophytes. En effet, la montée des préoccupations en matière de sécurité sanitaire, la hausse des inquiétudes environnementales et la prise de conscience des consommateurs concernant les dangers des produits de synthèse ont alimenté une demande pour les produits cosmétiques naturels ou biologiques dans le monde entier. Aussi, pour mieux comprendre ce qu’est un cosmétique naturel et afin de guider le consommateur et d’éviter tout problème de lisibilité, un nouveau label NAT voit le jour. De ce fait, le cosmétique certifié « naturel », marqué du label NAT sera composé de 95 % d’ingrédients naturels.

COSMEBIO demain…
Selon une étude Organic Personal Care Products Market Global Industry Analysis 2012-2018 le marché mondial des cosmétiques biologiques et naturels atteindra 13,2 milliards en 2018, soit un taux de croissance annuel composé de 9,6%.
Aussi, COSMEBIO s’associe dans le lancement d’une étude sur le marché du bio, alimentaire et cosmétique, en 2025, à Organics Cluster, initiative unique en France qui a pour objectif de contribuer à la dynamique du secteur bio en Rhône-Alpes. COSMEBIO réunira donc bientôt ses experts pour établir plusieurs scenarii et tenter d’élaborer les possibles marchés dans les douze prochaines années. Résultats ? En avril 2014.

COSMEBIO a choisi de fixer les règles d’une cosmétique naturelle, écologique et biologique en créant des labels ainsi qu’une charte. Voilà des arguments pour convaincre ! Reste à nous consommateurs, de prendre le temps et la précaution d’étudier étiquettes et packagings.

Pour tout savoir sur COSMEBIO : http://www.cosmebio.org/

*Source : Cabinet Deloitte-Janvier 2012

Un automne aux couleurs des thés de la Maison Lenôtre
Mes seins et moi, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’autre face du décolleté
Pulcherry Von Ober

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *