Théâtre
Zaï zaï zaï zaï à l’Atelier, une pièce qui fait du bien

Zaï zaï zaï zaï à l’Atelier, une pièce qui fait du bien

03 décembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Paul Moulin , le complice de Maia Sandoz, cofondateur avec elle de la compagnie de l’argument, se penche sur la bande dessinée à succès de Fabcaro, Zaï zaï zaï zaï qui deviendra un film en janvier 2021. Aidé par une troupe formidable, il crée un objet théâtral unique qui est un ravissement d’humour.

Une intrigue foutraque

La bande dessinée de Fabcaro publiée en 2015 fut un immense succès. L’histoire est une succession d’épisodes au non-sens hilarant, cependant que chaque scène raconte par l’extrême et la caricature, notre société. Fabrice est à la caisse d’un supermarché lorsque la caissière lui demande s’il a la carte du magasin. Il a beau fouiller ses poches, il ne la trouve pas. Il s’en souvient : il a changé de vêtements et sa carte se trouve dans son autre pantalon. La caissière appelle la sécurité. Fabrice prend la fuite. En quelques heures, il devient l’ennemi public numéro un, et son cas divise la société. Il devient un objet politique médiatique et au delà joyeusement névrotique d’une société qui se cherche. Ne pourrait-on pas laisser sa chance à quelqu’un qui, s’il dit vrai, a en effet laissé sa carte dans son autre pantalon ?

Sur scène il nous semble assister à un long sketch comique. Chacun en prend pour son grade et si parfois l’intrigue flirte avec le racisme de classe, convenons qu’aucune classe n’est épargnée. Le ressort comique, au delà de l’absurde à la Ionesco, tient en cette peinture au vitriol du collectif qui s’enflamme. La pièce brocarde la société de consommation. Le titre provient de la chanson de Joe Dassin, Siffler sur la colline, adaptée de la chanson italienne Uno tranquillo, de Riccardo Del Turco et diffusée en boucle sur les ondes durant les grèves de Mai 68, une chanson cache sexe des enjeux de l’époque.  

Une construction théâtrale unique

Le génie de Paul Moulin aura été d’adapter non pas la bande dessinée mais la fiction radiophonique créée à partir de l’œuvre. Son génie et son audace y ajoutent un dernier pli ; il met sur scène une troupe de joyeux drilles, qui sous nos yeux, en direct, décide de fabriquer cette émission de radio. Nous assistons à une délicieuse superposition. Chaque comédien est tour à tour  l’interprète, le narrateur radiophonique et enfin le personnage de Fabcaro. De ce millefeuille théâtral,  le texte, abracadabrante partition, fait crème. C’est unique et épatant.

Une interprétation insolite

Elisa Boureeau, Ariane Begoin, Maxime Coggio, Christophe Danvin, Aymeric Demarigny, Emmaunel Noblet sont magiques.  Aurélie Verillon, comédienne également de cinéma, débute au théâtre à 17 ans. Elle a travaillé avec la compagnie  de l’Argument sur la Trilogie Mayenburg dont Le Moche, et sur les spectacles Porno Teo Kolossal, L’Abattage rituel de Gorge Mastromas, Stück Plastik et Beaucoup de Bruit pour rien. Inénarrable de force burlesque, elle est ici inoubliable. Quant à Maïa Sandoz, immense metteuse en scène, femme prodige, elle confirme ici une puissance d’interprétation déjà repérée dans Stuck Plastic. Celle qui accompagne Blanche Gardin, qui a signé avec talent les mises en scène entre autres de Le moche, Stuck Plastic, Beaucoup de bruit pour rien, enchante par sa puissance comique. Les rires parcourent le public, la gaité l’inonde. Et comme si tout cela ne suffisait pas, la pièce continue quelques instants en extérieur, dans un happening quasi culte. 

La troupe aura célébré l’humour, la joie et le théâtre. Une proposition qui fait un bien fou!

 

Zaï zaï zaï zaï Mise en scène : Paul MOULIN Adaptation : Maïa SANDOZ et Paul MOULIN Création sonore : Christophe DANVIN —Avec, en alternance : Elisa BOURREAU, Ariane BEGOIN, Serge BIAVAN, Maxime COGGIO, Christophe DANVIN, Aymeric DEMARIGNY, Jean-François DOMINGUES, Cyrille LABBE, Paul MOULIN, Emmanuel NOBLET, Maia SANDOZ et Aurèlie VERILLON Avec la voix de Serge BIAVAN collaboration artistique Maïa SANDOZ

Visuel affiche

Gagnez 2 x 2 places pour « Music All » !
Encantado, les totems sans tabous de Lia Rodrigues
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration