Théâtre

Stück Plastik, une géniale création dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin 2018

Stück Plastik, une géniale création dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin 2018

09 novembre 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

Stück Plastik, une pièce en plastique de Marius von Mayenburg mise en scène par Maïa Sandoz a enthousiasmé le public lors de la première à La Manufacture des Oeillets d’Ivry. Créée dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin, la pièce sera programmée jusqu’au 29 Novembre.

Un attelage  prometteur.

Auteur allemand contemporain, Marius von Mayenburg est conseiller artistique de Thomas Ostermeier, directeur de la Schaubühne à Berlin. Il est l’auteur, entre autres de Le Chien, la nuit et le couteau ou Le Moche. En 2015  il écrit à l’encre empoisonnée une pièce sombre drole et cruelle  Stück Plastik.  Maïa Sandoz est artiste associée du Théâtre des Quartiers d’Ivry . Formée à l’école du Studio d’Asnières et à l’école du Théâtre National de Bretagne, elle est comédienne et metteur en scène. Elle s’impose aujourd’hui et de surcroit par cette dernière création comme l’une des personnalités les plus intéressantes de la nouvelle génération de metteurs en scène. Car à chaque fois elle défend avec force ses intentions armée d’une solide et  puissante direction d’acteurs.

Un sujet dérangeant.

C’est l’histoire des gens sans histoire; un couple de petits bourgeois. Une image d’Épinal volontairement simplifiée car le drame gronde déjà et la catastrophe fait entendre sa marche. Elle, élégante et hystérique souvent s’amuse à mépriser son mari; lui psychorigide s’essouffle à soutenir un amour propre aussi voyant que fragile.  Dédiés à  leur travail, ils doivent embaucher une aide-ménagère. Celle-ci devient très vite indispensable. Le couple évidemment de gauche par surdétermination de classe sociale fait face à ce terrible dilemme de devenir eux même patrons d’une damnée de la terre. Comment se comporter avec cette déqualifiée surtout lorsque le patron de la maitresse de maison souhaite engager la domestique pour une de ses installations d’art contemporain ,façon ready-made :  elle nettoierait des déchets sous le regard du public?

Les protagonistes parfois parlent au public ou nous interpellent et nous voici complices de ces indignités. La gestuelle des nantis est au bord du clownesque tandis que la femme de ménage est si naturelle. Elle constitue le seul personnage vrai de la pièce; pendant que les autres adultes alimentent une mascarade des égoïsmes, des vanités et des projets mercantiles, mais aussi celle du désespoir et de la dépression. Ils sont drôlatiquement borderline. Nous croiserons une machine à cracher de la merde oeuvrant dans une musique rock électrique et apocalyptique. L’homme s’écoulera de désespoir dans les bras de la bonne; son fils s’identifiera à elle.  La pièce est terrible et cruelle. La maîtresse de maison propose à la femme de ménage d’adopter le tutoiement -nous sommes nous aussi des hommes de chair et de sang explique-t-elle dans une tirade en creux à la manière de celle de Shylock. L’inversion est alors simplement hilarante. Les  comédiens sont absolument exceptionnels et nous enfoncent dans les conflits, névroses et mauvaise foi de leur personnage.  Tout est merveilleux dans le discours emprunté, rien dans la réalité. Et le final dans un ombilic de ce discours emprunté est absolument hilarant.

Au génie de la mise en scène Maia Sandoz ajoute celle de comédienne en signant une interprétation de la  femme de ménage insupportablement culpabilisante. Elle tient le lieu du réel, du vrai et offre au texte le plus brillant hommage.

 

 

lundi 5, mardi 6, vendredi 9, lundi 12 , mardi 13, vendredi 16 nov. 20h
jeudi 8 et jeudi 15 nov. 19h samedi 10 nov. 18h et dimanche 11 nov. 16h
Théâtre des Quartiers d’Ivry
Manufacture des Oeillets – 01 43 90 11 11
1 place Pierre Gosnat – 94200 Ivry-sur-Seine
jeudi 29 et vendredi 30 nov. 20h30
Le Théâtre de Rungis – 01 45 60 79 00
1 place du Général de Gaulle – 94150 Rungis
jeudi 13, vendredi 14, samedi 15, jeudi 20,
vendredi 21 et samedi 22 déc. 20h30
Théâtre-Studio – 01 45 60 79 00
16 rue Marcelin Berthelot – 94140 Alfortville

Crédits Photos © François Goize

« Hira gasy » ou chant malgache : un opéra champêtre réjouissant
A l’Arras Film Festival, le formidable « Pupille » en avant-première
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *