Théâtre
Valentine Tessier ressuscitée par Philippe Catoire

Valentine Tessier ressuscitée par Philippe Catoire

27 janvier 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

De lui on savait déjà qu’il savait tout jouer. C’est donc sans surprise que nous avons applaudi à l’Essaïon de Paris, Philippe Catoire dans un seul en scène intimiste et patrimonial où le comédien interprète la comédienne Valentine Tessier.

Lorsque Jean Renoir entreprend la réalisation de Madame Bovary en 1934, il souhaite théâtraliser le personnage d’Emma. Il choisit alors Valentine Tessier pour interprète. Le nom de la comédienne, que Colette avait surnommée « la toute femme », était alors étroitement associé aux grandes aventures théâtrales du début du siècle. Son talent puissant et confirmé saura traduire le hiatus entre théâtre et réalité voulu par Renoir. 

Valentine Tessier est née en 1892 à Paris d’un père né à Odessa en Russie, et d’une mère née à Saint-Pétersbourg. Elle suit les cours d’art dramatique de Paul Mounet, tente cinq fois en vain d’entrer au Conservatoire, découvre le Théâtre du Vieux-Colombier en 1913 où Jacques Copeau l’engage et lui fait jouer Grouchenka dans Les Frères Karamazov avec Louis Jouvet et Charles Dullin. Elle y jouera également Le Misanthrope, La Nuit des rois, La Locandiera, Le Carrosse du Saint-Sacrement, Le Pain de ménage et de nombreuses autres pièces. Après le départ de Jacques Copeau et la fermeture du Vieux-Colombier en 1924, elle suivra Louis Jouvet à la Comédie des Champs-Elysées puis à l’Athénée. Après la guerre, elle jouera principalement au théâtre, on l’applaudira dans La Mouette d’Anton Tchekhov, mise en scène d’André Barsacq. Dommage qu’elle soit une putain de John Ford, mise en scène de Luchino Visconti ou dans L’Idiot de Dostoievski, mise en scène d’André Barsacq. Au cinéma elle sera Madame Bovary de Jean Renoir, puis jouera dans de nombreux films dont : Abus de confiance d’Henri Decoin, Justice est faite d’André Cayatte,  French Cancan de Jean Renoir,  Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy, Églantine de Jean-Claude Brialy. 

C’est en mars 2020 que Philippe Catoire retrouve par hasard (si le hasard existe) l’interview télévisée datant de 1973 de Valentine Tessier. Catoire finit alors plusieurs années de succès, en particulier autour de Samuel Beckett avec Fin de Partie et En attendant Godot. La rencontre des deux comédiens est merveilleuse. Philippe Catoire invite Valentine Tessier ; il  se pare d’une belle écharpe, s’installe dans un fauteuil d’osier et se glisse dans la peau de Valentine. Il/elle raconte sa vie d’artiste autour de rencontres, de bonheurs, de joies et aussi de déceptions. La comédienne est de belle humeur, nous croisons avec elle les connus ou moins connus. Elle complimente, griffe parfois. Nous ne saurons rien sur sa vie privée, car il s’agit de rendre compte d’une carrière, d’une vie de comédienne qui chemine dans le siècle. Le spectacle fonctionne comme une photographie  fixée et en même temps si vivante d’un théâtre français, qui annonce le nôtre. 

L’expérience spectateur réside dans ce voyage dans le temps ; son plaisir se double de la voix de Philippe Catoire.

 

Du 23 janvier au 10 avril 2022
Générales de presse les 24 et 25 janvier à 19h.
Les dimanches à 17h30

Théâtre Essaïon
6 rue Pierre-au-Lard
75004 Paris

Visuel affiche

 

Les nominations des César 2022
Khatia Buniatishvili à la Philharmonie de Paris : Un grand moment romantique.
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture