Théâtre
Une « Gertrud » indésirable dans la mise en scène de Jean-Pierre Baro

Une « Gertrud » indésirable dans la mise en scène de Jean-Pierre Baro

04 décembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le metteur en scène Jean-Pierre Baro met en scène Gertrud du contemporain d’Ibsen  Hjalmar Söderberg, 

[Rating=1]

On ne peut pas dire qu’ Hjalmar Söderberg soit connu du grand public, la star des huis-clos à la tension glacée reste Ibsen popularisé par Thomas Ostermeier qui l’a souvent traduit et adapté ce qui a permis au public européen de comprendre cet auteur. Ostermeier, Jean-Pierre Baro le connait bien, il a travaillé avec lui pour Ceci est une chaise en 2001 au Festival d’Avignon.

Getrud (Cécile Coustillac)  nous raconte l’histoire d’une insipide quadra, prise dans les étaux de sa vie, mariée à un sale type imbu de pouvoir (Tonin Palazzotto), nostalgie de son passé de cantatrice amoureuse du romancier Gabriel Lidamn (le metteur en scène Jacques Allaire)  et éperdue de désir pour la pianiste Erland Jansson (Elios Noël).

Ici, les écueils déjà présents dans Ivanov se retrouvent, mais sans le talent qui se déployait de ce spectacle monté au Monfort en 2011. La direction des comédiens est ici incompréhensible, offrant un texte qui hésite, qui est avalé ou va au contraire dans l’excès d’une récitation dont on entendrait le souffle du maître en coulisses.  Le jeu de ces, d’ordinaire, très bons comédiens est dans cette   Getrud  un déploiement d’une tentative de distance cynique qui ne fonctionne jamais. Les effets tombent à plat donnant la sensation désagréable d’être dans un Feydeau.

La mise en scène irrite par ses effets de déjà-vu ostentatoires. On est dans   Mas fur Mas d’Ostermeier  ou dans la noirceur du Misantrophe de  Ivo Van Hove. Jean-Pierre Baro a ici collé les bonnes idées du bon théâtre dans un jeu de lumière froide bien maîtrisé mais cela se noie dans un récit mal dit et joué sans abstraction.  Il y a quand même de la grâce dans ce spectacle, lorsque Getrud va rejoindre son prince, qu’elle chante d’une voix éraillée et que lui se met à jouer du piano avec talent. La, précisément, la magie opère. Mais quelques secondes ne sauvent pas du naufrage cette pauvre Getrud qui hésite entre l’humour du Boulevard et la radicalité du patron de la Shaübune. Gertrud n’est définitivement pas Nora.

Visuel : ©Christophe Raynaud de Lage

Infos pratiques

Dramaticules
Tanit Théâtre
theatre_silvia_monfort

5 thoughts on “Une « Gertrud » indésirable dans la mise en scène de Jean-Pierre Baro”

Commentaire(s)

  • PAPIN Jérémie

    Bonjour,

    Un peu de conséquence s’il vous plait. Surtout quand on écrit ce genre d’article. Jean-Pierre Baro ne joue pas dans son spectacle!!!

    décembre 10, 2014 at 14 h 20 min
    • Bonjour
      Merci pour votre remarque, cela me semble étrange mais je changerai si vous dites vrai. Merci beaucoup pour votre aide, amitiés, Amélie

      décembre 10, 2014 at 15 h 10 min
      • Merci mille fois Jérémie ! Vous aviez raison, vraiment, je n’avais pas reconnu Tonin Palazzotto, et je suis encore plus étonnée de son jeu ! Amitiés

        décembre 10, 2014 at 16 h 33 min
    • Avec toutes mes excuses, c’est effectivement Tonin Palazzotto que je n’avais pas reconnu ce soir là ! Merci pour votre remarque cher Jérémie. Vous avez entièrement raison, mais cela est aussi valable quand les spectacles sont bons !

      décembre 10, 2014 at 16 h 32 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture