Théâtre

Théâtre du Palais Royal : A la rencontre de la troupe d’On purge bébé et de Léonie est en avance

07 février 2010 | PAR Yaël Hirsch

Jeudi 4 février, le Théâtre du Palais Royal et l’agence en3mots avaient convié une quinzaine de bloggers et de webzines à venir découvrir les pièces de Feydeau qui y sont à l’affiche jusqu’à la fin du mois de Mars. Après une visite du théâtre par Gilles Lanchantin, qui nous a permis d’assister à la répétition d’une scène, et après les deux pièces courtes et terriblement efficaces de Feydeau, nous avons aussi rencontré le metteur en scène, Gildas Bourdet, et les comédiens : Cristiana Reali qui prend le risque de casser son image, avec grand succès, Dominique Pinon, absolument époustouflant, comme d’habitude et aussi Pierre Cassignard, Marie-Julie Baup, Sylviane Goudal, Corinne Martin, ainsi que Marc Guillaumin. Compte rendu d’une soirée à la fois comique et féérique.

Racheté par la Montansier, une comédienne et demi-mondaine en vogue, juste avant la Révolution, le Théâtre du Palais Royal devient « Les Variétés » et tout Paris s’y donne rendez-vous pour rire, cancaner, et rêvasser. Les appartements de la Montansier jouxtent le théâtre et par une porte discrète, elle peut s’y glisser afin de prendre connaissance de tous les ragots de la capitale. Depuis, si la porte vers les appartements secrets s’est définitivement fermée, le théâtre n’a pas démérité. Tout en ce lieu, qui a connu entre autres le succès ininterrompu de Jean Poiret et de sa « Cage aux Folles » de 1973 à 1978, respire l’Histoire. Une Histoire de grandeur française, que le foyer sublime et capiteux représente bien. Une grandeur qui passe aussi par l’intime et les fantasmes secrets, et surtout par le Rire, puisqu’au dessus de la scène, se tient l’adage célèbre de Rabelais : « Mieux est de ris que de larmes écrire – Pour ce que rire est de propre de l’homme ». 6 pièces de Feydau ont été créées dans ce théâtre à la Belle Epoque. Etant donné cet historique et le fait que nul mieux que Feydeau allie dans ses textes grandeur française et enquête dans l’intime, notre sympathique équipe de bloggers était aux anges de se retrouver pour une soirée magique au Théâtre du Palais Royal.

Dès le moment où nous avons aperçu les répétitions de la dernière scène de « Léonie est en avance », lors de notre visite du théâtre, nous avons compris deux choses très importantes : premièrement, Feydau est un auteur extrêmement difficile à jouer et ses textes sont des machines qu’il faut calibrer au millimètre près. Dite avec une seconde de retard, une réplique risque de ne plus faire rire ; et deuxièmement lors de cette répétition de scène, nous avons pu sentir comme les comédiens s’entendent bien entre eux, comme ils prennent du plaisir à jouer, et combien cette ambiance amicale et chaleureuse est communicative.

Répétitions de la dernière scène de "Léonie est en avance"

Le projet de créer deux « petites pièces » (en un acte et non en quatre) de Feydau vient en effet de deux comédiens : Cristiana Reali et Pierre Cassignard, qui ont porté leur idée vers le metteur scène Gildas Bourdet. Celui-ci avait déjà réalisé une mise en scène acclamée d’une pièce de Feydau, « La main passe », à Chaillot ; il avait déjà travaillé avec Pierre Cassignard pour « Les Jumeaux vénitiens » et voulait  collaborer depuis longtemps avec Cristiana Reali. Dominique Pinon, immense comédien – que beaucoup d’entre nous ont découvert dans les films de Jean-Pierre Jeunet et qui a dernièrement bluffé les théâtreux dans du Beckett à l’Atelier et du Novarina à la Colline – a également rejoint la belle équipe.

La première pièce, « On purge bébé » entre dans l’intimité d’un couple, qui ne se parle plus. Elle (Cristiana Reali en rousse débraillée) est obsédée par l’état des intestins de son fils (Bébé alias Toto pour… Hervé) et lui (Pierre Cassignard en habit mais également en état d’émasculation avancée) ne pense qu’à son déjeuner avec le fonctionnaire Monsieur Chouilloux (époustouflant Dominique Pinon), qui doit l’aider à vendre des pots en céramique à toute l’armée française… évidemment le pot de chambre de bébé va prendre le pas sur les milliers de francs des pots manufacturés pour l’armée…

Moins directement scatologique, la pièce « Léonie est en avance » nous plonge dans l’intimité d’un couple qui attend un enfant d’un instant à l’autre. Elle (ravissante Marie-Julie Baup) vient de souche noble et lui (Pierre Cassignard), pas. Il est prêt à tout pour la rassurer à quelques minutes de accouchement, y compris à mettre un pot de chambre sur la tête pour lui faire plaisir et supporter les ordres et les fantaisies de l’insupportable sage-femme (Cristiana Reali, géniale et méconnaissable, dentier et monosourcil, forçant son corps à ne pas exhaler une once de sensualité).

Nous sommes sortis des deux pièces le sourire aux lèvres, énergisés par le puissant jeu des acteurs et ravis de les rencontrer sur la scène, puis dans le café du Théâtre du Palais Royal pour leur poser nos questions. Aussi disponibles et pleins d’énergie à la ville qu’à la scène, tous sont restés, pour nous parler de leur passion pour Feydeau et accorder à certains de nous des interviewes. Une star surprise s’est même jointe à notre sympathique groupe : il s’agit de Jean-Pierre Jeunet, qui a été emballé par le jeu de Dominique Pinon et la mise en scène de Gildas Bourdet.

« On purge bébé » et « Léonie est en avance », jusqu’au 31 mars, du mardi au vendredi à 20h30, samedi à 17h et 21h, dimanche à 15h30, Théâtre du Palais Royal, 38, rue Montpensier, paris 1ier, m° Palais-Royal, 14 à 48 euros, réservations ici ou 01 42 97 40 00.

Lien vers la page facebook de la pièce.

Lien vers l’article de Frédéric Vignale, du « Mague ».

Et vidéo de l’interview de Gildas Bourdet par Nicolas Brulez du blog In& Out.

« Nos enfants nous accuseront » : un documentaire engagé et efficace
L’extraordinaire résurrection d’Alexandra David-Néel au Petit Montparnasse
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

4 thoughts on “Théâtre du Palais Royal : A la rencontre de la troupe d’On purge bébé et de Léonie est en avance”

Commentaire(s)

  • Bonjour Yael !
    J’ai lu avec attention votre article sur cette merveilleuse pièce que j’ai eut la chance de voir le 30 Janvier dernier.
    J’admire beaucoup Cristiana Réali et je voulais savoir s’il vous serait possible de me donner votre mail en m’en envoyant un ou de passer sur mon blog pour que nous puissions discuter de la pièce et de votre incroyable journée s’il vous plait . A bientot j’espère, Merci,
    Stacy

    février 7, 2010 at 21 h 43 min
  • Nous avons passé un excellent moment de théâtre, les acteurs sont survoltés, les 2h m(ont paru un battement de cil…

    février 8, 2010 at 12 h 00 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *