Théâtre
Soldat.e Inconnu.e de Sidney Ali Mehelleb

Soldat.e Inconnu.e de Sidney Ali Mehelleb

06 octobre 2021 | PAR Barbara Pebrel

La pièce « Soldat.e Inconnu.e » de Sidney Ali Mehelleb et mise en scène par Aurélie Van Den Daele est au Théâtre Ouvert jusqu’au dimanche 17 octobre 2021. Une tentative pour transformer les évènements tragiques du 13 novembre 2015 en une ode poétique à l’amour.

Il n’est pas évident de rentrer dans cette pièce décousue et bavarde, pourtant, une fois dedans, vos émotions seront mises à l’épreuve. La pièce de théâtre nous présente deux tableaux. Le premier, l’histoire d’amour d’un jeune couple de sentinelles appelé en renfort le soir du 13 novembre 2015. Le deuxième tableau nous montre Caroll, animatrice d’une émission radio inconnu.e du grand public qui crie son amour au, et du, monde.

La poésie comme mot d’ordre et vecteur d’amour

Cette pièce est un enchaînement de monologues poétiques. Il faut du temps au public pour comprendre le déroulé de l’histoire, où veut en venir Sidney Ali Mehelleb et rentrer dans son univers lyrique. Pourtant, il finit par nous attraper.

Les deux tableaux délivrent le même message, l’amour est plus fort que la violence. Caroll nous expose, au travers de poèmes plus ou moins accessibles, sa bataille pour réaliser un monde meilleur : « Je passe mon temps à rabâcher les mêmes rengaines. Il faut bien commencer quelque part. Au commencement, il faut dire son amour. Je ne l’ai pas mis entre guillemets« . Le couple d’anonymes nous montre un amour plus fort que les changements individuels provoqués par la violence de ce qu’ils ont vécu. ELLE comme LUI ont été transformés et chamboulés par cette soirée de « fêlés », mais leur couple, leur amour, est plus fort.

La mise en scène d’Aurélie Van Den Daele

Aurélie Van Den Daele nous offre une mise en scène à la hauteur de sa réputation. Les changements de costumes sur scène, l’écran géant et les lumières bleues nous entraînent et nous guident dans ce chaos poétique. « Créer cette pièce, c’est une réponse à notre impuissance. À notre sidération » explique-t-elle.

Avec son dispositif bi-frontal, Soldat.e Inconnu.e prend vie entre les spectateurs. Ce face-à-face nous met au centre de l’action en nous faisant entrer dans le champ, malgré la présence d’une rampe bleue définissant la scène. L’écran géant au-dessus de la scène héberge des notions de temps, de lieu et des images de Caroll. Cet élément central est très intéressant dans la mise en scène. Repère pour les spectateurs, il nous donne à voir l’implication physique et charnelle de Caroll dans sa bataille, notre bataille.

Des émotions dans tous les sens

Bavard, oui, mais intelligent. Le texte de Sidney Ali Mehelleb provoque un panel d’émotions allant des larmes aux sourires, avec un sujet aussi difficile que celui des attentats du 13 novembre 2015.

Sidney Ali Mehelleb joue également le rôle de « LUI ». Il est magistral. Passant d’une émotion à l’autre et nous transmettant instantanément son mal-être, sa souffrance, son amour ou sa joie.

Cette pièce, plus qu’une œuvre sur les attentats, est une ode à l’amour malgré la douleur. La poésie, pas toujours grand public, nous invite dans le monde plein d’émotions de Sidney Ali Mehelleb porté par la mise en scène originale d’Aurélie Van Den Daele.

Information et Réservation

Visuel : © Marjolaine Moulin

L’agenda des sorties cinéma du 6 octobre 2021
« My Kid » de Nir Bergman ouvre le Festival du film Israélien de Paris
Barbara Pebrel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture