Théâtre

Marathon Vilar à Avignon

Marathon Vilar à Avignon

10 juillet 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Voilà quarante ans que le fondateur du Festival d’Avignon a disparu laissant soit une empreinte mythique soit une ignorance totale. L’année dernière, nous nous étions amusés à demander aux personnes rencontrées si elles connaissaient Vilar. Les réponses étaient farfelues allant même dans la bouche d’une jolie jeune femme jusqu’à dire , en VO s’il vous plait « But, who’s the fuck is Jean Vilar? »… Traduire nous semble inutile!

Depuis l’année dernière toujours, la belle maison Jean Vilar tente de renouveler son image et, à l’occasion de l’anniversaire de décès du seul metteur en scène à avoir, pour l’instant, dirigé le festival, l’institution tape fort avec une idée géniale : 24 heures pour Vilar.

Le 11 juillet à partir de 19h et pendant 24h non stop, en entrée libre, le public est invité à venir lire des textes du maître. Vous prenez rendez-vous, venez 30 minutes avant votre intervention et offrez votre texte dans la mise en scène qui vous convient, assis, au balcon ou même suspendu!

Ce marathon s’accompagne de nouveautés à la Maison Jean Vilar « L’été 2011 franchit une étape dans notre désir de manifester clairement que cette Maison est celle de Jean Vilar : une installation permanente accueille désormais le visiteur qui pourra, en toutes occasions de l’année, apprendre à découvrir ou à mieux connaître le fondateur du festival d’Avignon, l’homme et l’œuvre. Maison de Jean Vilar, ou pour Jean Vilar, ces modestes prépositions prennent ici toute leur importance. » raconte l’équipe du spectacle.

Pendant la durée du festival, la Maison Jean Vilar programme également du théâtre. Jusqu’au 23 juillet, Artaud-Barrault, met en scène une correspondance mise en scène par Denis Guénoun et interprétée par Stanislas Roquette. Du 15 au 20, le théâtre fera place à la danse en présentant les spectacles des chorégraphes Gaël Sesboüé et Mikaël Phelippeau.

Également, se tiendront de nombreuses lectures, notamment par Gilles Arbona, Philippe Caubère et Isabelle Habiague.

Infos pratiques

Deux farces de Molière revisitées par le Théâtre Mu et ses marionnettes à Villeneuve
Live report : These New Puritans à la Machine du Moulin Rouge (8/07/11)
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *