Théâtre
« Les Heures Souterraines » au Théâtre de Paris

« Les Heures Souterraines » au Théâtre de Paris

16 juin 2015 | PAR La Rédaction

Pour sa fin de saison, le Théâtre de Paris a choisi de s’intéresser à un sujet d’actualité : les difficultés du monde du travail. Dans un registre très différent de celui d’Open Space, Les Heures Souterraines est une pièce grave et touchante qui suit le quotidien de deux personnes en situation de stress au travail.

[rating=4]

Dans cette pièce d’Anne Loiret qui touche au sujet difficile qu’est le harcèlement au travail, pas de tentative de faire rire. Ici, la fragilité de l’être humain est exposée sans pudeur. Le public découvre deux histoires croisées dont l’une prend très rapidement le dessus : celle de Mathilde. Directrice marketing adjointe, elle a fait l’erreur de contredire son supérieur lors d’une réunion, déclenchant alors une lente chute aux enfers. La honte de se laisser faire, le désarroi face à des réactions que l’on ne comprend pas, l’isolement au travail… Ces thèmes sont très bien abordés par le texte qui nous permet de suivre les pensées des deux protagonistes. Thibault, le deuxième personnage, semble plus être là en appui. Il ajoute du contexte, aborde le sujet du stress au travail comme l’un des phénomènes médicaux montants du XXIème siècle… Si bien que son problème original – l’amour à sens unique – perd de sa force et de sa clarté.

Les deux acteurs sont très réalistes dans leurs personnages. La détresse est visible dans toute la gestuelle d’Anne Loiret et l’on suit ses espoirs et ses déceptions dans chacune de ses intonations. Thierry Frémont n’est pas en reste et nous offre un médecin désabusé très crédible. Tous deux réussissent à nous montrer la solitude dans laquelle ils sont enfermés. Ils se croisent à plusieurs reprises et ne se voient jamais… Invisibles pour eux comme pour leur entourage.
La mise en scène, quant à elle, est très épurée. Elle met ainsi l’accent sur la fragilité des deux acteurs qui n’ont presque rien sur quoi s’appuyer. Les objets du quotidien ne leur sont plus d’aucun secours. À l’exception d’une carte de héros offerte par un enfant…

Anne Loiret nous propose ici une jolie pièce qui nous fait réfléchir à notre relation au travail et à la question de l’emploi dans notre société. Une réflexion nécessaire et peu abordée au théâtre, un moment poignant.

Les Heures Souterraines, d’Anne Loiret, avec Thierry Frémont et Anne Loiret. Jusqu’au 12 juillet au Théâtre de Paris.

visuels : photos officielles

Gabrielle Huet

Infos pratiques

Si la quête d’idéal était contée, « La princesse au Petit pois » habite la Comédie Française
[Interview] Deniz Gamze Ergüven « Avec Mustang je voulais raconter ce qu’est être une femme dans la Turquie contemporaine »
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *